POURQUOI SAÏD AMZAZI DÉFEND-IL LES ÉCOLES PRIVÉES ?

LES MAROCAINS EN COLÈRE CONTRE LE MINISTRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE

Saïd Amzazi alerte, notamment, sur l’exode massif depuis l’école privée vers l’école publique alors que celle-ci n’est pas encore prête pour accueillir ce grand nombre d’élèves.

Les Marocains s’attendaient à ce que le ministre de l’éducation nationale, Saïd Amzazi, défende les familles marocaines dans leur combat contre le lobby des écoles privées. Or, ils ont vu un ministre qui s’est posé en avocat acharné de ces dernières. Dans son intervention pendant une réunion de la commission de l’éducation, à la Chambre des représentants, mardi 30 juin 2020, le ministre haraki a livré des propos controversés qui ont consterné les Marocains au point d’inonder les réseaux sociaux par leurs commentaires piquants contre lui. Il a, notamment, déclaré ne pas comprendre pourquoi les familles qui ne sont pas impactées par la crise du Covid-19 ne règlent pas aux écoles privées la totalité des frais de scolarité dus au titre du dernier trimestre 2020.

Sacrifice des parents
Une déclaration considérée par certains comme «déplacée», d’autres comme «inopportune » car ils estiment que la situation financière des familles n’explique pas à elle seule leur refus de règlement des frais de scolarité pendant le confinement. Mais que d’autres facteurs, nettement plus importants, justifient les demandes formulées par les parents d’élèves pour la révision à la baisse desdits frais. Notamment la qualité de l’enseignement à distance, le niveau des prestations scolaires prodiguées et les circonstances éprouvantes pour les familles dans lesquelles s’est déroulé l’enseignement à distance.

Sachant que les frais scolaires exigés par les écoles privées rétribuent l’enseignement présentiel et en aucun cas l’enseignement à distance. Or, ce dernier s’est imposé, pour la première fois, aux familles dans des circonstances difficiles marquées par le confinement et toutes les conséquences psychologiques et psychiques qui en résultent. Les parents ont joué un rôle fondamental dans la poursuite de cet enseignement à distance: suivi scolaire, mise à disposition des outils technologiques et de l’Internet et prise en charge des cours. Sans l’implication extraordinaire des parents et leurs sacrifices en temps et en argent, cet enseignement à distance n’aurait, certainement, jamais eu lieu.

Saïd Amzazi alerte aussi sur l’exode massif de l’école privée vers l’école publique alors que celle-ci, selon le ministre, n’est pas encore prête pour accueillir ce grand nombre d’élèves. Actuellement, selon les chiffres officiels communiqués par le ministre de l’éducation nationale, au titre de la rentrée scolaire 2019-2020, le nombre total des élèves inscrits dans les écoles marocaines s’élève à 8,2 millions, dont 1,1 million sont scolarisés dans l’école privée. Soit environ 14% de la population totale des élèves. Si sa déclaration recèle une part de vérité en ce sens que l’école publique a été tuée depuis plusieurs années, il n’en demeure pas moins qu’il endosse une part de responsabilité dans l’état actuel de l’école publique. La réhabilitation de celle-ci est, plus que jamais, une urgence nationale pour sauver nos enfants.


Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger