La course effrénée vers l’armement de l’Algérie inquiète l’Espagne


Dans son édition du 29 avril 2024, le média espagnol La Razon soulève une inquiétude espagnole par rapport à l’armement de l'Algérie qui dépasse déjà l'équivalent de 82,4% des dépenses militaires espagnoles alors que l'effort militaire marocain n'atteint pas le quart de celui réalisé par l'Espagne. La Russie, dont la guerre livrée en territoire ukrainien est désapprouvée par les occidentaux, demeure le principal fournisseur d'armes de l'Algérie, tandis que les Etats-Unis et Israël le sont en priorité pour le Royaume.


Alger a alloué au total 18,3 milliards de dollars à ses forces armées en 2023, soit une croissance de 76 % en un an seulement. Il s’agit de la plus forte augmentation des dépenses militaires connue dans l’histoire de l’Algérie. Au contraire, le Maroc a réduit ses allocations de défense pour la deuxième année consécutive, notamment de 2,5%, pour les maintenir à 5,2 milliards de dollars. Ce chiffre reste en tout cas bien supérieur au peu plus des à peine 3,7 milliards que Rabat avait alloués à sa défense cinq ans plus tôt, à la veille de l'aggravation du désaccord avec l'Algérie, qui a conduit les deux pays à suspendre leurs relations. diplomates en 2021, tout en participant à une sorte de course aux armements. Cette course vers l’armement inquiète de l’autre côté de la rive méditerranéenne.

La publication espagnole l’exprime en posant cette question: « Et si le danger pour l’Espagne de l’autre côté du détroit était l’Algérie et non le Maroc ? ». Une question que s’est posée plusieurs médias et observateurs espagnols qui ne trouvent pas d’explication à l’armement algérien en l’absence d’une guerre dans la région et au regard des tensions diplomatiques entre Alger et Madrid.

Articles similaires