LE SECTEUR AVICOLE PROFONDÉMENT IMPACTÉ

LA PANDÉMIE N’ÉPARGNE PERSONNE

Le président de la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (FISA), Youssef Alaoui, a confirmé une augmentation remarquable des prix du poulet dans tout le Maroc. Alaoui s’est entretenu avec la chaîne de télévision marocaine 2M, attribuant l’augmentation des prix de la volaille à la pandémie de Covid-19.

Certains commerçants ont décidé de fermer parce qu’ils n’ont pas assez de ressources pour acheter des stocks ou parce qu’ils savent que la demande de poulet diminuera en raison de la hausse des prix. Alaoui a déclaré que l’activité du secteur avicole du Maroc a réalisé un chiffre d’affaires de 32,5 milliards de dirhams en 2019, générant plus de 530.000 emplois directs et indirects.

Le secteur a cependant subi une baisse drastique de la demande de -40%, a-t-il déclaré, citant des chiffres de la fédération. La baisse est due à un manque de demande, car de nombreux restaurants ont été fermés en raison du verrouillage et de la pandémie. L’interdiction des fêtes de mariage et autres rassemblements pendant la saison estivale était également des conséquences directes de la crise du Covid-19. Les pertes dans le secteur avicole du Maroc sont estimées à plus de 4 milliards de dirhams au cours des six derniers mois. «La crise du Covid-19 a touché l’ensemble du secteur. L’éleveur vend ses poulets au prix de 8 dh/Kg à la ferme pour un prix de revient de 14 dh/kg», a déclaré Alaoui à 2M. Ce chiffre représente une perte de 6 dh par kilogramme.

La fédération a appelé à revoir le statut fiscal des aviculteurs et leur reclassement dans le secteur agricole. La fédération a également souligné la nécessité de renforcer le contrôle de l’obligation de fournir à la restauration collective de la viande de volaille produite exclusivement dans les abattoirs de volaille industriels. Selon le ministère marocain de l’agriculture, le secteur avicole prévoit généralement la création de 98.000 emplois directs et de 225.000 emplois indirects. Le secteur avicole du Maroc génère 21 milliards de dirhams par an, avec des investissements totaux estimés à 8,7 milliards de dirhams. Le ministère a ajouté que le pays produit 320 millions de poulets et 7,8 millions de dindes par an.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger