CGAM Hssabe 970X250

Un faible taux de positivité et aucun variant du virus détecté dans les écoles

Les cours en présentiel sont de retour

Cette opération a permis de montrer que l’infection au Covid-19 chez les enfants et les adolescents n’est certes pas rare, mais elle pourrait être sans symptômes dans la majeure partie des cas. Le seul risque réside, en revanche, dans leur capacité de transmettre le virus aux personnes vulnérables.

Le milieu scolaire chez nous estil faiblement touché par le Covid- 19? C’est ce qui ressort d’une opération de dépistage d’envergure lancée en janvier par le ministère de la santé et le ministère de l’éducation nationale.

Visant plus de 30.000 élèves collégiens et lycéens, se trouvant dans les 6 régions les plus importantes du Royaume, cette opération été achevée début février 2021 avec des résultats plus ou moins favorables. Les régions concernées sont Casablanca-Settat, Tanger-Tétouan, Marrakech-Safi, Rabat-Salé, Fès-Meknès et Souss Massa. Sur plus de 30.000 élèves, seulement 767 cas ont été retrouvés positifs au Covid-19 mais dont la plupart sont asymptomatiques.

Le taux de positivité moyen ressort ainsi à 2,4%. Ce taux a notamment été enregistré à Casablanca-Settat tandis que la région Tanger-Tétouan a enregistré le taux de positivité le plus élevé, à savoir 4,8%. Sur l’ensemble des cas positifs, seuls 2,6% sont symptomatiques avec des signes bénins d’infection respiratoire et des signes sensoriels. Concernant les variants du virus, aucun cas n’a été retrouvé chez les élèves contaminés.

Si les résultats de cette opération semblent montrer une certaine résilience chez les enfants et les adolescents, il n’en demeure pas moins que l’infection chez cette population très jeune n’est pas rare. Autre observation: les milieux scolaires ne semblent pas constituer des milieux favorables à la propagation du virus, contrairement aux milieux professionnels et industriels qui sont connus pour provoquer des clusters dans le pays. Aussi, cette opération a permis de montrer que l’infection chez les enfants et les adolescents est souvent bénigne, c’est-à-dire ne présentant aucun symptôme respiratoire sévère.

Cette tendance sanitaire s’explique probablement par l’excellente immunité dont profite cette population. Mais le risque majeur de celle-ci réside, en revanche, dans sa forte capacité à propager le virus et le transmettre aux personnes à risques qui portent éventuellement des maladies chroniques.

La jeunesse résiliente
Se basant sur les conclusions de cette étude, plusieurs établissements privés ont basculé vers l’enseignement présentiel, parce qu’ils se sont rendu compte qu’ils ne pourront pas achever le programme prévu pour cette année scolaire.

De nombreux sondages et autres études ont également démontré que le niveau scolaire des enfants a beaucoup baissé cette année, après l’adoption de l’enseignement à distance. Le seul moyen, pour remédier à ce problème, est d’adopter l’enseignement présentiel auquel les parents d’élèves ont toujours recommandé depuis le début de l’année scolaire.