Choix du Maroc pour abriter la finale de la ligue des champions CAF

Les Egyptiens vent debout !

Cette décision de la CAF n’enchante guère les Egyptiens, qui estiment qu’elle est contraire aux lois et à l’éthique des instances mondiales. Ils ont saisi le Tribunal arbitral du sport (TAS) pour avoir gain de cause.

La finale de la Ligue des Champions africaine se jouera le 30 mai 2022 au Complexe Mohammed V de Casablanca. Telle est la décision officielle annoncée par la Confédération africaine de football (CAF). «La CAF a reçu les candidatures de la Fédération sénégalaise de football et de la Fédération royale marocaine de football pour accueillir la finale de la Ligue des champions TotalEnergies CAF 2022.

La Fédération sénégalaise de football a par la suite retiré sa candidature. La CAF est donc heureuse d’attribuer l’organisation de la finale au Maroc», explique l’instance dans un communiqué publié lundi 9 mai 2022 sur son portail web. Une finale qui déroulera en une seule confrontation au lieu de l’ancienne formule des matchs aller-retour.

Et c’est là où le bât blesse, du moins pour Al Ahly. Niet, dit le club égyptien. Et pour cause, lui et le Wydad devraient, sauf très grandes surprises, se retrouver pour ce dernier acte de cette compétition. Les Casaouis sont allés s’imposer 3 buts 1 contre les Angolais du Petro Luanda, lors de la demi- finale aller disputée le samedi 7 mai dernier. Les Rouge et blancs ont parfaitement débuté la rencontre en ouvrant le score dès la 16e minute sur un but contre son camp de Tiago Azulao, avant d’enfoncer leur adversaire grâce aux réalisations de Yahya Jabrane (45e) et du Congolais Guy Mbenza (68e).

Quant au club cairote, il n’a fait qu’une bouchée des Algériens de l’Entente Sétif, grâce à son attaquant international sud-africain Percy Tau qui a survolé les débats. Auteur d’un doublé lors des 30e et 90e minutes, il est aussi impliqué dans les buts de Taher Mohamed (54e) et de Mohamed Sherif (72e). Les manches retour se dérouleront respectivement les 13 et 14 mai 2022 à Casablanca et Alger.

Choisir un terrain neutre
Vous l’aurez donc compris. L’éventualité de croiser le fer avec les hommes de Regragui sur leur pelouse fétiche de Casablanca n’enchante guère les champions en titre. La Fédération égyptienne de football (EFA) a publié, dans la foulée, un communiqué dans lequel elle invite la CAF à faire preuve de fair-play entre les deux finalistes. Ihab El-Komy, membre du Comité directeur de l’EFA, a déclaré le 9 mai, à la célèbre chaîne sportive du pays On Time Sports, que l’instance a envoyé une correspondance à la CAF pour lui demander de changer le lieu de la finale.

Al Ahly est passé à la vitesse supérieure en déposant officiellement une plainte auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS) le mardi 10 mai 2022, car selon lui, cette décision de l’instance du football continent est contraire aux lois et à l’éthique des instances mondiales. Le club lui demande de rendre sa décision rapidement et de délocaliser ce match sur un terrain neutre, loin des quatre pays des demi-finalistes en l’occurrence le Maroc, l’Egypte, l’Algérie et l’Angola. Il fustige en outre le retrait de la candidature sénégalaise «sans annonce, ni raison apparente». Sur les réseaux sociaux, certains journalistes sportifs du continent s’étonnent aussi du choix du Maroc pour abriter cette finale, d’autant plus que, disent-ils, la dernière édition s’est déroulée dans le même pays.

Du côté de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), on préfère ignorer cette polémique. D’après le staff de Fouzi Lekjaâ, le Royaume a déposé sa candidature avant fin février 2022, durant la phase de groupes de la compétition, dernière échéance pour le dépôt des dossiers. La CAF va-t-elle se plier aux exigences des Egyptiens ou plutôt maintenir sa décision? Les prochains jours nous édifieront.