Zefzafi candidat du PAM aux législatives?

Abdellatif Ouahbi en opération séduction auprès des détenus du Hirak

Le secrétaire général du parti du tracteur veut tout faire pour que le leader du Hirak du Rif se présente sous les couleurs de sa formation pour un siège au parlement et ainsi qu’une nouvelle réconciliation soit actée avec la région.

Alors que quelques mois seulement nous séparent, en principe, des prochaines législatives, le secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), Abdellatif Ouahbi, se met d’ores et déjà en ordre de bataille.

En plus donc de continuer ses appels du pied envers le Parti de la justice et du développement (PJD), contre lequel le parti du tracteur avait pourtant été créé à la fin des années 2000, celui qui occupe également le poste de député de Taroudant, dans la région de Souss-Massa, à la Chambre des représentants mène désormais ouvertement une opération de séduction en direction des détenus anciens et présents du mouvement de protestation rifain du Hirak ach-chaâbi et notamment son leader, Nasser Zefzafi.

Ainsi, M. Ouahbi souhaite rien moins que de présenter sous les couleurs du PAM ces détenus aux élections, de sorte à ce que sa formation retrouve son semblant de lustre dans le Rif, dont il continue encore de contrôler les principales collectivités territoriales.

Ascension politique
Car le Hirak avait, justement, mis à mal le discours voulant que ledit parti disposât d’un solide ancrage dans la région, ce dernier étant catalogué au plus fort du mouvement de simple “officine politique”, et ce d’ailleurs par M. Zefzafi lui-même. Son secrétaire général de l’époque, Ilyas Elomari, qui avait en grande partie dû son ascension politique météorique à partir du milieu des années 2000 à ce discours, s’était ainsi au final résolu à rendre son tablier et même à renoncer, en septembre 2019, à la présidence de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, qu’il a au total occupé plus de quatre ans durant.

Mais pour autant, donc, M. Ouahbi ne semble pas refroidi. D’abord, il avait fait part de son intention d’attirer M. Zefzafi et co dans les filets du PAM au cours d’une interview publiée le 24 novembre par le média électronique Febrayer. Et il est, ensuite, revenu plusieurs fois à la charge, allant même jusqu’à déposer au niveau du parlement une proposition de loi levant au profit de ceux qui auraient été graciés par le Roi l’interdiction actuelle faite à quiconque aurait été condamné par un tribunal de candidater aux deux législatives suivantes.

Une condition qui, ceci dit, ne s’applique donc pas à M. Zefzafi ou par exemple à son bras droit Nabil Ahamjik, surnommé le “dynamo” du Hirak, puisqu’ils restent emprisonnés depuis leur arrestation à la fin du printemps 2017 par les services de police. Mais, à l’évidence, M. Ouahbi semble confiant quant à une libération des concernés. “J’ai de l’espoir,” avait-il déclaré à Febrayer.

Si M. Zefzafi n’a pour l’heure pas vraiment fait suite à la proposition de M. Ouahbi, son père et porte-parole, Ahmed Zefzafi, a, néanmoins, exprimé ses remerciements à ce dernier pour avoir pris fait et cause en faveur de son fils, jetant en même temps la balle de la candidature dans le camp des détenus. “C’est [Nasser] qui en décidera,” a-t-il confié au média électronique Aham24. Wait and see!.