QUESTIONS À ZAKARIA FIRANO, PROFESSEUR UNIVERSITAIRE, SPÉCIALISTE DES FINANCES PUBLIQUES

Zakaria Firano : "L’argent économisé à travers la décompensation du gaz butane va être injecté dans le budget de la couverture sociale"


La décompensation du gaz butane est à l’ordre du jour. Quelle lecture en faites-vous ?
Le gaz butane fait partie des trois derniers produits (farine, sucre) toujours subventionnés par le biais de la caisse de compensation. La loi de finances de 2023 avait consacré près de 26 milliards de dirhams à la compensation des trois produits. La loi de finances pour 2024 a revu à la baisse ce montant. Pour parler uniquement du gaz butane, le budget qui lui est consacré, le plus élevé dans le monde, a été lourdement impacté par le contexte international marqué notamment par la guerre Russie-Ukraine et ses répercussions sur le prix des hydrocarbures.

En dix ans, selon les chiffres disponibles, ce ne sont pas moins de 135,5 milliards de dirhams qui ont été consacrés à la compensation du gaz butane. Le gouvernement a donc décidé de passer à une décompensation progressive, ce qui permettra d’alléger le fardeau que cela pose sur les finances publiques.


Et le revers de la médaille, à savoir le pouvoir d’achat des citoyens, vous ne le voyez pas….
Loin de moi l’idée de minorer cet aspect ou de l’ignorer. En effet, la décompensation du prix du gaz butane va avoir un effet immédiat sur les prix de tous les produits, y compris ceux de première nécessité : légumes et pain par exemple. Elle va impacter toute la chaîne de production depuis le maraîcher ou le champ de blé, jusqu’à l’usine de transformation et les magasins de distribution. L’inflation va être revue fatalement à la hausse. Vous savez qu’au Maroc, la consommation annuelle des ménages en gaz butane était à quelque 220 millions de bonbonnes en 2022. Donc, la facture est salée pour tout le monde sur ce plan-là. Je dois dire également que l’Etat n’a pas d’autre choix que d’en finir avec ce système de compensation.

On peut être d’accord sur ce point, mais qu’a prévu l’Etat en contrepartie ? Le gouvernement est sur un chantier royal essentiel, celui de la protection sociale. Dans ce cadre, outre l’AMO en cours de généralisation, et qui permettre aux citoyens à revenu faible, voire sans revenu, de se faire soigner, il y a les aides sociales distribuées aux familles nécessiteuses et j’en passe. L’argent économisé à travers la décompensation du gaz butane va être injecté dans le budget de la couverture sociale. Ce chantier coûté énormément d’argent et il faut bien le mener à terme et trouver d’autres niches pour son financement.

Articles similaires