Interview de ZAKARIA FAHIM, Managing partner BDO & Head of global digital Advisory.

Zakaria Fahim : "La résistance au changement de certains professionnels constitue un défi majeur"

Dans cette interview accordée au Maroc Hebdo, Zakaria Fahim, Managing partner BDO & Head of global digital Advisory, nous parle de la digitalisation du métier d’expert-comptable, des actions entreprises pour accompagner la transformation numérique et des formations nouvellement créées pour qualifier les professionnels de chiffres.


Comment le métier d’expert-comptable s’adapte aux nouvelles technologies et tendances digitales au Maroc ?
Le métier d’expert-comptable au Maroc embrasse avec dynamisme l’ère du numérique, traduisant un virage stratégique majeur. Les nouvelles technologies, notamment les logiciels de comptabilité en cloud, l’intelligence artificielle (IA), et la blockchain, redéfinissent les pratiques traditionnelles. Cette mutation numérique permet aux experts-comptables de dépasser le cadre de la saisie manuelle des données pour s’orienter vers des analyses de données avancées, la prévision financière et la consultation stratégique. Ainsi, ils deviennent des conseillers stratégiques cruciaux pour les entreprises, leur offrant des insights basés sur l’analyse des données en temps réel.

Comment cela…?
L’adoption des plateformes collaboratives facilite la communication et l’échange d’informations sécurisées avec les clients, renforçant la transparence et la confiance. Chez nous, au sein de BDO au Maroc, on se positionne à l’avant-garde de l’adaptation aux nouvelles technologies et tendances digitales. En se concentrant sur la modernisation de la fonction comptable, nous mettons en oeuvre des outils en ligne et des pratiques comptables innovantes pour améliorer la qualité et la rapidité de l’information financière, tout en respectant les normes comptables nationales et internationales. C’est dans ce sens que, nous avons lancé en partenariat avec le Groupe ISCAE, un certificat en Transformation Digitale et Leadership Financier, illustrant notre engagement à accompagner les leaders financiers dont les comptables à intégrer les nouvelles technologies et les tendances digitales dans leur métier. Ce partenariat stratégique entre l’expertise de BDO en services financiers et l’excellence académique de l’ISCAE vise à équiper les leaders financiers avec les compétences nécessaires pour naviguer dans un monde en transformation digitale.

Quelles spécialités couvre le certificat proposé aux professionnels de chiffres ?
Nous avons mis à la disposition des experts et des entreprises un certificat qui couvre des domaines clés tels que la cybersécurité, le cloud Computing, la blockchain, les cryptoactifs, le big data, la data analytics, et la digitalisation du cash management, qui sont cruciaux pour la modernisation des pratiques comptables et financières.

Quelles sont les nouveautés du métier d’expert-comptable ?
Les nouveautés dans le métier se manifestent principalement à travers l’intégration de logiciels et d’outils technologiques avancés. Les solutions en cloud permettent une gestion comptable et financière à distance, offrant une flexibilité et une accessibilité sans précédent. Les logiciels d’automatisation des processus robotisés (RPA) transforment les opérations comptables en réduisant le temps consacré aux tâches répétitives. De plus, l’utilisation de l’IA et de l’analyse prédictive aide à détecter les anomalies, à prévoir les tendances financières et à optimiser la prise de décision. Ces évolutions témoignent d’un métier en constante évolution, où l’expert-comptable joue un rôle pivot en fournissant des services à valeur ajoutée.

Le changement n’est pas toujours le bienvenu. Comment se présente la situation dans le camp des professionnels de chiffres ?
Malgré ces avancées, le métier d’expert- comptable au Maroc fait face à plusieurs contraintes. La résistance au changement de certains professionnels et entreprises qui privilégient les méthodes traditionnelles constitue un défi majeur. La cyber-sécurité émerge comme une préoccupation centrale, vu la sensibilité des données financières gérées. Par ailleurs, le cadre réglementaire peut parfois être perçu comme un frein à l’innovation, nécessitant des ajustements pour accompagner cette transition digitale. Enfin, le besoin en formation continue pour maîtriser ces nouvelles technologies est impératif, et implique des investissements en temps et en ressources.

Comment la digitalisation a facilité la tâche aux experts-comptables et dirigeants d’entreprises ?
La digitalisation a profondément transformé le travail des experts-comptables et des entreprises, en favorisant une gestion plus efficace et transparente. Auparavant, le processus comptable s’appuyait sur une saisie manuelle des données, des révisions périodiques et une communication limitée, rendant les analyses financières souvent réactives. Aujourd’hui, grâce à la digitalisation, les données sont saisies en temps réel, ce qui permet d’établir des analyses prédictives et stratégiques. Les experts-comptables peuvent désormais offrir des conseils basés sur des données actualisées qui contribuent directement à la stratégie de l’entreprise. Cette évolution vers des méthodes plus automatisées et intégrées améliore la précision, réduit les erreurs et optimise la prise de décision.

Certains documents papiers restent encore obligatoires d’un point de vue juridique… quel regard portez-vous sur cet aspect ?
Bien que la digitalisation ait largement facilité les processus comptables et financiers, la nécessité de maintenir certains documents en format papier, pour des raisons juridiques, soulève des questions pertinentes. Cette exigence, bien qu’elle puisse sembler anachronique dans un monde de plus en plus numérique, joue un rôle crucial en matière de conformité et de sécurité juridique.

Cependant, il est important de continuer à travailler sur l’harmonisation des cadres réglementaires pour encourager une transition plus complète vers le numérique tout en garantissant la sécurité et l’intégrité des données. Il s’agit d’un équilibre délicat entre modernisation et respect des obligations légales, ce qui nécessite une collaboration étroite entre les professionnels du secteur, les autorités réglementaires et les technologues. La transition vers la digitalisation, tout en conservant certains documents papier pour des raisons juridiques, est une problématique complexe que BDO Maroc aborde avec une stratégie innovante, notamment à travers son partenariat avec Naoris Consulting.

Articles similaires