Dr. Youssef Harti: "Les génisses issues de l'insémination artificielle requièrent plus d'attention"

Dr. Harti Youssef parle de l'insémination artificielle animale, explique les étapes essentielles de sa pratique, son rôle dans l’amélioration génétique et la productivité des animaux, ainsi que les problèmes qui peuvent survenir lors de sa pratique.

En quoi consiste la pratique de l’insémination artificielle animale? Quels sont ses avantages?
Le principe est d’utiliser des semences de taureaux indexés «améliorateurs», dont les performances zootechniques sont connues, afin d’obtenir une descendance génétiquement améliorée et plus performante. Dans certains élevages structurés, le programme d’amélioration génétique, qui passe par l’utilisation de l’insémination artificielle, est précédé d'une évaluation génétique et phénotypique de chaque vache.
L’insémination artificielle est un moyen important d’amélioration génétique et de productivité des animaux. Elle permet l’utilisation aisée et économique de la génétique mondiale.

Cette pratique est-elle répandue au Maroc? Qui s’occupe de son déroulement?
Oui, c’est une technique répandue dans les troupeaux des bovins laitiers surtout chez les races améliorées. La pratique de l’insémination artificielle est réalisée par les inséminateurs affiliés aux associations d’éleveurs, opérant dans les filières lait et viande rouge, ou les vétérinaires qui exercent à titre privé.

Quelles sont les étapes de l’insémination artificielle chez les bovins?
L’inséminateur procède par un examen préalable de la vache à inséminer, pour vérifier la qualité des chaleurs et l’absence d’infection utérine, ensuite il choisit la semence en concertation avec l’éleveur, il procède à sa décongélation dans un bac de décongélation pour la ramener à la température corporelle (car les semences sont stockées dans l’azote liquide, dont la température est inférieure à -170 C), la semence est ensuite montée sur un pistolet d’insémination qui permettra de déposer le sperme à l’entrée de l’Utérus.

En parlant des liquides, comment se passe la collecte des semences d’insémination? se base-t-on sur une production locale? Sinon, d’où les importe-t-on?
Les semences d’insémination sont soit produites au Maroc, dans un centre national d’insémination artificielle, où on procède à la récolte ou au prélèvement du sperme des taureaux sélectionnés, soit elles sont directement importées de certains pays comme la France, Allemagne, Pays bas, Etats Unis, Canada, et d’autres pays qui ont des accords avec le Maroc. Les semences importées doivent répondre à un cahier de charges sanitaire et zootechnique.

C’est l’éleveur qui choisit les semences ou bien des conseillers spécialisés?
Le choix des semences d’insémination est conseillé par l’encadrement technique des associations et des coopératives, en concertation avec l’éleveur ou par des conseillers spécialisés privés.

Quelles sont les complications qui peuvent surgir lors de cette pratique?
L’insémination artificielle est une technique courante bien pratiquée par les inséminateurs, néanmoins il faut respecter des règles d’hygiène qui consistent à utiliser du matériel propre, des gaines individuelles de protection du pistolet d’insémination pour éviter les infections utérines et la transmission de certaines maladies. Il faut aussi respecter les règles de biosécurité pour éviter la transmission de maladies entre les élevages. L’insémination artificielle est un acte de reproduction qu’il faut bien pratiquer, mais ses facteurs de réussite sont plus complexes et passent obligatoirement par la maîtrise de l’alimentation des vaches laitières, l’amélioration de la santé et l’immunité des vaches, le confort et le bien-être des animaux et la gestion du stress thermique. Une attention particulière doit être donnée à l’élevage des génisses issues de l’insémination artificielle, qui vont assurer le renouvellement des vaches laitières et la pérennité de l’élevage.

Combien peut coûter cette pratique à un éleveur? Est-il pris en charge?
C’est l’éleveur qui paye. Le prix incluant la semence et la prestation de l’inséminateur est très variable et dépend de la qualité de semence, de 150 à 450 dirhams. Les semences sexées sont plus chères, elles coûtent aux alentours de 600 dirhams.

Pourquoi? Quelle est leur particularité?
Elles donnent naissance à plus de 85% de femelles.

Quel suivi après l'insémination et la naissance du veau?
Après l’insémination, la gestation (grossesse chez les femelles des animaux) doit être confirmée. Le vétérinaire peut confirmer la gestation en utilisant plusieurs techniques: échographie ou dosage sérologique de la protéine embryonnaire entre 28 et 30 jours après insémination, ou plus tardivement par palpation transrectale à partir de 45 jours de l’insémination. A la naissance du veau, l’inséminateur ou, le contrôleur laitier, procède à son indentification en lui apposant une boucle à l’oreille, comportant un numéro d’identification national et en délivrant un acte de naissance, ensuite le veau est enregistré dans le registre national des naissances.

Propos recueillis par Meryem BEDDA


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case