Un voyage spirituel à travers les temps et les religions

26ème édition du festival de fès des musiques sacrées du monde

Ce festival est devenu, sans conteste, une véritable institution artistique et culturelle qui a vu se succéder sur ses différentes scènes des artistes de renommée internationale, porteurs de valeurs de tolérance et de partage.

C’est la capitale spirituelle du Royaume, Fès, qui ouvre le bal des festivals d’été pour cette année 2022. Après deux années d’arrêt consécutif à la pandémie du Covid-19, la ville de Fès retrouve bel et bien son rayonnant et emblématique festival des musiques sacrées, qui s’est déroulé du 9 au 12 juin 2022. Il s’agit de sa 26ème édition, qui célèbre les voix spirituelles du monde autour du thème remarquable de «l’architecture et le sacré». Inauguré jeudi 9 juin par la princesse Lalla Hasna, portant un caftan éblouissant aux couleurs vives et attrayantes, dans le cadre d’une grande soirée à laquelle ont assisté les plus grandes personnalités nationales et étrangères du monde de la politique, la diplomatie, la culture et des médias, le festival a servi de grande fête pour les participants.

Une ambiance qui a plongé les spectateurs dans un voyage de Fès à Jérusalem en passant par le Tibet, le Taj Mahal, la cathédrale Notre-Dame pour finir à Casablanca avec la mosquée Hassan II. Ce festival marque les esprits avec une programmation musicale diversifiée représentant les tendances spirituelles les plus fortes et les plus appréciées. Depuis environ trois décennies, ce festival est devenu, sans conteste, une véritable institution qui a vu se succéder sur ses différentes scènes des artistes de renommée internationale, porteurs de valeurs de tolérance et de partage. Étant donné qu’il s’impose désormais en tant qu’évènement incontournable de l’agenda culturel, dont la réputation dépasse largement les frontières du Royaume, l’écosystème touristique et culturel de la ville est mobilisé pour assurer sa réussite et renforcer son rayonnement.

Des lieux d’exception
Revenant dans un format toujours aussi prestigieux, le festival a offert des prestations musicales mettant à l’honneur une brochette exceptionnelle d’artistes et de formations dans des sites uniques et rares qui célèbrent le patrimoine de la capitale spirituelle. Il s’agit de Bab Makina, Dar Adiyel, la synagogue Aben Danan ou encore Jnan Sbil. Le programme de cette édition a vu la présence de troupes artistiques en provenance de plus de 15 pays, dont le Sultanat d’Oman, le Kazakhstan, l’Inde, la France, l’Italie et le Sénégal. Un hommage particulier a été rendu aux traditions musicales de Fès et Meknès lors d’une soirée dédiée à Bab Makina. Autant de moments forts avec Ibrahim Maalouf et l’Haidouti Orkestar, les Roohani Sisters et tant d’autres.

Quant au Forum de Fès, vitrine culturelle du festival, il a accueilli plusieurs intervenants nationaux et internationaux qui ont ouvert de nouvelles perspectives autour de la thématique de cette édition. Le président de la fondation Esprit de Fès, Abderrafie Zouiten, qui a été le maître de cérémonie de ce festival, estime, l’air particulièrement satisfait, que cette édition a été l’occasion d’un voyage à travers le monde et le temps, permettant d’explorer comment «les hommes de toutes les confessions ont exprimé par l’architecture leur quête du sacré. L’exploration des édifices religieux parmi les plus emblématiques du monde nous transportera dans ce long et riche dialogue des hommes avec le divin».

Une histoire où les synagogues, les églises, les mosquées et les temples ne sont d’ailleurs pas simplement la matérialisation de croyances, ils sont aussi le témoignage de grands mouvements historiques, comme les migrations, les conquêtes, les révolutions philosophiques, artistiques et architecturales. Le Maroc, considéré comme un des plus vieux royaumes du monde, incarne excellemment cette philosophie. Son histoire est marquée par l’édification de magnifiques lieux de culte et de savoir tels que la grande mosquée Hassan II, la Quaraouiyine… Ces lieux d’exception ont permis de façonner cet esprit de tolérance et d’ouverture qui caractérisent historiquement notre pays.