Y a-t-il une vision quant à l'avenir de l'épidémie ?

Prise en charge des nouveaux cas de covid-19

Le moins que l’on puisse dire est que les responsables du ministère de la santé, en décidant de regrouper les cas actifs du Covid-19 dans deux unités hospitalières, sont allés un peu trop vite en besogne.

Il semble que l’ancienne stratégie adoptée par le ministère de la santé depuis le 13 juin 2020, qui a consisté à regrouper les cas du Covid-19 dans deux unités hospitalières, à savoir l’hôpital de campagne de Ben Guérir pour les cas venant des régions du Sud et l’hôpital de campagne de Sidi Slimane pour les cas venant des régions du centre et du Nord, est devenue rapidement caduque au vu de la hausse inquiétante des cas de Covid-19.

Le moins que l’on puisse dire est que les responsables du ministère de la santé sont allés un peu trop vite en besogne. Si l’objectif derrière cette décision était initialement de libérer les CHU du Royaume pour accueillir les patients atteints d’autres maladies, qui ont souffert le martyre pendant la période de confinement, il n’en demeure pas moins que nos responsables sanitaires ont eu la vue trop court et ne semblaient pas prévoir l’actuelle explosion des cas, alors que tous les pronostics présageaient un tel scénario qui s’est avéré une suite logique à toute stratégie de déconfinement.

Laquelle stratégie a été accompagnée de campagnes tous azimuts visant à lancer des dépistages massifs. En l’espace de quelques jours, les cas actifs du Covid-19, actuellement hospitalisés, sont passés de 600 à plus de 3.400, du 13 au 30 juin. Un chiffre qui ne cesse d’augmenter jour après jour, suscitant des sentiments d’angoisse chez les Marocains. En réaction à cette situation, le ministère de la santé a annoncé la réouverture des hôpitaux publics et des CHU à la prise en charge des cas du Covid-19.

Un retour à la case de départ qui dénote clairement une absence totale de vision chez nos responsables sanitaires. N’avaient-ils pas en tête un éventuel renversement de tendance au lendemain du déconfinement? Que font les experts du ministère, spécialisés dans les prévisions épidémiologiques? Pourquoi cette politique de tâtonnement qui n’augure rien de bon pour l’avenir de l’épidémie dans notre pays? Autant de questions que beaucoup de Marocains se posent.

Politique de tâtonnement
Si le ministère de la santé a été salué pour sa politique de lutte efficace contre le Covid-19, adoptée dès le début de l’épidémie, avec notamment l’adoption du protocole thérapeutique à base chloroquine qui a donné ses fruits et l’accélération des tests de dépistage en ouvrant de nouveaux laboratoires d’analyses, beaucoup voient ces derniers temps un ministère qui annonce des décisions hâtives et peu réfléchies. La polémique née de l’annulation de son point de presse quotidien puis son maintien dénote probablement d’une situation confuse et cacophonique dans laquelle fonctionne actuellement le ministère en l’absence d’une politique de communication franche, large et efficace envers les Marocains.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger