La variole du singe se propage, les États-Unis déclarent l’état d’urgence sanitaire

L’administration américaine a déclaré, jeudi, l’état d’urgence sanitaire sur fond de propagation de la variole du singe. L’annonce a été faite par le secrétaire à la Santé Xavier Becerra lors d'une rencontre avec des journalistes. Le responsable a précisé que cette décision permet au gouvernement fédéral d'intensifier sa réponse au virus sans les barrières réglementaires habituelles.

"Nous sommes prêts à faire passer notre réponse au niveau supérieur pour lutter contre ce virus", a-t-il indiqué, en exhortant tous les Américains à prendre au sérieux la variole du singe, “à prendre leurs responsabilités et à nous aider à vaincre le virus".

Près de 7.000 cas de variole du singe ont été signalés aux Etats Unis, selon les autorités sanitaires. D'après le New York Times, l'approvisionnement en vaccin contre la variole du singe, appelé Jynneos, a été sévèrement limité et l'administration Biden a été critiquée pour avoir agi trop lentement pour augmenter le nombre de doses.

La déclaration de l’urgence sanitaire ne va pas atténuer cette pénurie, mais l'administration pourrait prendre des mesures afin de permettre un accès plus rapide au técovirimat, le médicament recommandé pour traiter la maladie, relève le grand tirage.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a classé la variole du singe en urgence de santé publique de portée internationale.

"Selon l'évaluation de l'OMS, le risque de variole du singe est modéré à l'échelle mondiale et dans toutes les régions, à l'exception de la région européenne, où nous estimons le risque élevé", avait indiqué le directeur général de l'OMS. 

En France, 2239 contaminations à la variole du singe ont été recensées jusqu’à hier mercredi, soit un peu plus de 200 cas de plus en une semaine. Le ministre français de la Santé, François Braun, a assuré que son pays a "de quoi vacciner la population cible