Variant Omicron fermeture des frontières dans plusieurs pays, l'OMS s'y oppose

Climat d’inquiétude généralisée dans le monde entier, alors que le nouveau variant du coronavirus, Omicron, continue de se propager. Outre le Maroc, d’autres pays ont décidé de fermer leurs frontières aux vols en provenance de l’étranger. Le Premier ministre japonais, Fumio Kishida, a annoncé, ce lundi 29 novembre, que son pays allait «interdire toutes les (nouvelles) entrées de ressortissants étrangers du monde entier à partir du 30 novembre».

Même son de cloche en Israël, où un touriste de retour du Malawi a été testé positif au nouveau variant, qui n’accepte plus de visiteurs étrangers sur son sol depuis hier dimanche. Les Israéliens vaccinés devront présenter un test PCR et se mettre en quarantaine pendant trois jours, une mesure étendue à sept jours pour les non-vaccinés, ont précisé les autorités. De son côté, l’Australie a gelé, lundi, son projet de réouverture des frontières initialement prévue le 1er décembre, à cause des potentiels risques liés au variant Omicron.

Des mesures qui ne passent pas auprès de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui demande aux pays de garder les frontières ouvertes. L’Afrique du Sud, pays où Omicron a été identifié pour la première fois, a appelé dimanche soir à la «levée immédiate et urgente» des restrictions de voyage dont elle fait l’objet suite à l’apparition du nouveau variant.