Vandalisme : "des voyous" derrière la profanation de la stèle de l’avenue Abderrahmane Youssoufi?

Un acte en contradiction totale avec la vague d’amour et de respect qui ont rempli les réseaux sociaux, suite à la mort de Abderrahmane Youssoufi, vendredi 29 mai 2020. En effet, les images d’une profanation d’une rare bassesse ont fait le tour des réseaux, stèle recouverte d’excréments, fleurs et messages déposés en hommage au défunt retirés et piétinés, qui est responsable de cet acte de vandalisme en plein confinement?

Selon Ahmed El Fetouh, président de l’association Tadaoul pour l’environnement et le patrimoine, les soupçons se portent sur les sans-abris de la ville, mais la réalité de l’acte peut avoir une dimension différente. “Cet acte ressemble plus aux croyances des wahhabbites. Ces fanatiques rejettent ce genre d’hommage pour les morts, et le considèrent comme une forme de sacralisation interdite. Selon eux, les morts doivent être enterrés à même la terre, sans aucune indication qui pourrait favoriser le culte des saints et la vénération des tombeaux”, nous explique le militant. Cet acte n’est pas le premier de son genre à Tanger, ajoute le président de Tadaoul, qui évoque la profanation de la tombe de Haj Ahmed Karafti, l’un des grands maîtres de la Taktouka Al Jabalia.

Les Marocains et Tangérois qui se sont réveillés hier dimanche, sur la profanation de la stèle dressée à la mémoire de Abderrahmane Youssoufi, n’ont pas tardé à dénoncer ces pratiques barbares, et une enquête judiciaire a été ouverte pour identifier les auteurs de cet acte. “Le visionnage des caméras des centres de beauté et de la clinique sis avenue Youssoufi sera fait par les autorités pour identifier les suspects”, conclut le militant pour le patrimoine, qui suit de près cette affaire.

Le nom de Abderrahmane Youssoufi a été donné par le roi Mohammed VI à une avenue de la ville de Tanger (ville natale du défunt) en 2016, en hommage à son patriotisme. Un cadeau qui avait une place spéciale dans le coeur de feu Youssoufi.


1 commentaire

  • Belhajilali

    1 Juin 2020

    Un acte odieux qui provoque la nausée et montre jusqu'à quel degré méprisable de la bassesse peut mener la misère intellectuelle .Un voyou?UN SDF?Un drogué à moitié lucide? Des ordures islamistes?En tout cas, un ou des individus sorti(s) de la lie de la société où la sauvagerie devient une source de fierté.Insulter le policier,l'enseignant...le médecin,traiter tous les autres de voleurs...ce sont là des indices qui interpellent l'absence d'éducation dans ces milieux,conséquences aggravées par la démission de ce "makhzen" contre lequel s'acharnent,justement, les gauchisants mal léchés,les opposants de tout bord,etc...On croyait que de tels actes ne se produisaient qu'en France où des tombes et autres lieux de culte sont régulièrement profanés et l'on se disait que dans la "bergerie du racisme et des laissés pour compte",devenue une vaste taverne des extrêmes,les valeurs humaines avaient disparu depuis longtemps et voici que ,chez-nous,on se réveille un beau matin sur l'inexplicable:un acte dont seule la poubelle des réseaux sociaux peut véhiculer le motif si toutefois il y a un motif.Oui,la disparition de Mr Yousfi a été hyper médiatisée,oui,la mort de plus fortes têtes que lui...des Boutaleb,des Abed Jabri,des Abdelhadi Tazi ...n'a pas bénéficié de tant d'encre mais de là à tenter de souiller sa mémoire,non et mille fois non.Au Maroc ,c'est sidérant de devoir vivre parmi des individus aussi bassement vindicatifs qu'ils soient wahabistes,opposants politiques ou seulement héritiers frustrés.L'acte en question est si répugnant, si inhumain qu'il souille malheureusement même les "plumes qui en parlent".Ce qui me chiffonne ,c'est que ses auteurs doivent rigoler de voir leur forfait porter si loin.Espérons ,pour notre consolation ,que les limiers de la police mettront la main sur ce(s) épaves humaine(s) et les présenteront à la justice.

Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger