GROSSES CRAINTES DE PÉNURIE DU VACCIN CONTRE LA GRIPPE SAISONNIÈRE

ALORS QUE L'ÉPIDÉMIE DU COVID-19 NE CESSE DE S'AGGRAVER

L’approche de l’hiver fait planer la psychose dans le monde entier. Alors que le vaccin contre le Covid-19 se fait toujours attendre, faisant ainsi monter la pression sur les autorités sanitaires qui craignent une aggravation de l’épidémie pendant la saison hivernale connue pour la forte survenance de la grippe saisonnière, le vaccin contre celle-ci va certainement connaître des situations graves de pénurie.

C’est ce que prévoient plusieurs laboratoires pharmaceutiques dont le français Sanofi, qui n’exclut pas, dans les circonstances sanitaires actuelles, une forte demande sur ce vaccin très prisé. Mais en face, les laboratoires seront probablement dans l’incapacité de produire des quantités suffisantes pour faire face à cette demande. Un tel pronostic va certainement se répercuter sur le Maroc, qui s’approvisionne régulièrement chez ce laboratoire qui détient une filiale bien implantée à Casablanca.

Plusieurs professionnels à Casablanca ont préalablement manifesté les mêmes craintes de pénurie sur ce vaccin que beaucoup de personnes attendent avec impatience. Particulièrement les personnes âgées, les personnes porteuses de maladies chroniques, le personnel de la santé et les personnes vulnérables. Des populations qui se comptent par millions au Maroc.

Or, selon un pharmacien à Casablanca, la quantité du Vaxigrip, c’est son nom commercial, qui sera importée de l’étranger, ne dépassera pas 500.000 doses. Un niveau largement insuffisant par rapport à la forte demande marocaine, qu’on évalue à environ 10 millions de doses. Si une telle pénurie se produirait, elle aurait des conséquences graves sur la situation sanitaire dans notre pays.

D’autant que les symptômes du Covid-19 sont souvent identiques à ceux de la grippe saisonnière, ce qui provoquerait un engorgement des hôpitaux au moment où le nombre de personnes hospitalisées pour Covid-19 augmente. On craint également une hausse importante des cas sévères sachant que les populations à risques de forme grave sont sensiblement les mêmes pour ces deux virus.

Articles similaires