Usage des crypto-monnaies au Maroc : Nouvel avertissement des organismes régulateurs

Nouvel avertissement de Bank Al-Maghrib, l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) et l’Office des changes sur l’utilisation des crypto-monnaies au Maroc. Dans un communiqué conjoint publié mardi 5 avril 2022, les trois institutions indiquent qu’«en dépit des précédentes mises au point relatives aux risques associés à l’utilisation des monnaies virtuelles du type Bitcoin, il a été constaté que des personnes physiques et morales continuent d’utiliser ce type de procédés». D’après elles, «il s’agit d’une activité non régulée et caractérisée par une grande volatilité qui occasionne une absence de toute protection pour le consommateur, d’autant plus que ce système parait attractif et facile d’usage».

Cette sortie paraît tout de même étrange, si l’on sait que, le 23 mars 2022, le wali de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri, avait déclaré que cette monnaie virtuelle «est un moyen qui peut être utile car il est très innovant et peut-être même dans l’intérêt du consommateur car il peut faire baisser les coûts. Mais tout cela dépend de quoi nous allons commencer, terminer et dans quel environnement nous allons agir». Début janvier 2022, la ministre de l’Economie et des Finances, Nadia Fettah Alaoui, avait annoncé, à la Chambre des conseillers, la mise en place d’un cadre juridique pour réfléchir sur une éventuelle autorisation de ces devises.

Les Marocains sont de plus en plus séduits par ces monnaies digitales. Selon la plateforme de recherche sur les crypto-monnaies Triple 1, le Maroc comptait plus de 878.000 utilisateurs en 2021, soit 2,38% de la population et caracolait même en tête du classement en Afrique du Nord.

 

E.S