Urgences médicales : Une filière sanitaire défaillante


Le moins que l’on puisse dire est que la dernière pandémie de Covid-19 a mis à nu notre système de santé. Outre les fragilités liées à la faiblesse de l’infrastructure hospitalière et la médiocrité des prestations de soins, la crise sanitaire a dévoilé l’insuffisance flagrante en personnel médical, l’une raisons importantes de la faillite de notre système de santé. Cette situation, pour le moins dramatique, a créé l’urgence pour les pouvoirs publics de lancer une réforme globale visant la mise à niveau de ce système qui constitue, à ne pas en douter, une composante essentielle dans le développement économique et social de notre pays.

Dans ce système, il y a une filière médicale importante, à savoir les urgences médicales, dont le niveau et la qualité des prestations sont globalement à déplorer. Et ce depuis de longues années. Si des efforts d’amélioration et de mise à niveau sont reconnus au ministère de la santé, il n’en demeure pas moins que les services d’urgences sont historiquement les plus mal lotis et les plus mauvais parmi tous les services médicaux au niveau national.


Pour attirer l’attention des autorités sanitaires sur cette situation, le conseil économique, social et environnemental, présidé par Ahmed Réda Chami, a rendu public, fin juin 2023, un rapport alarmant où il met en avant les failles des services des urgences et propose quelques recommandations pour les résoudre. Le conseil estime que la filière de prise en charge des urgences médicales est une composante essentielle du système de santé ayant comme finalité l’effectivité du droit à la vie et sa sauvegarde ainsi que du droit d’accès aux soins.

La qualité de cette prise en charge constitue également une exigence cruciale pour organiser, comme l’ambitionne notre pays, des évènements de portée internationale, stimuler le développement du secteur touristique, et attirer les investissements étrangers. D’où la nécessité de disposer d’une filière des urgences garantissant des soins sûrs, dispensés de manière opportune, efficace, efficiente, équitable et centrée sur le patient, conformément aux six critères qualitatifs de l’OMS. Dans ce rapport, le CESE vise à identifier les principaux dysfonctionnements de la filière.

Le document a, ainsi, relevé un certain nombre d’insuffisances qui peuvent représenter un danger réel particulièrement dans les cas nécessitant une intervention immédiate. Les recommandations, proposées par le CESE, vont dans le sens de la mise à niveau et la modernisation des services des urgences dans l’objectif de l’amélioration de la prise en charge médicale. Un chantier nécessaire pour le Royaume qui aspire à organiser des grands évènements internationaux tels la Coupe du monde 2030 pour laquelle il se prépare activement avec ses partenaires européens, l’Espagne et le Portugal.

Articles similaires