L'Union Européenne dit enfin la vérité

L’Europe confirme les retombées des accords commerciaux sur la population des provinces du sud

Le Sahara est marocain et sa population profite de ses richesses. Cela, l’Union européenne le sait. Mais ne le faisait pas savoir tant que ses intérêts ne sont pas remis en jeu.

Le mensonge est indéniablement plus rapide que la vérité. Mais quand celle-ci arrive, elle le chasse à jamais. Le 22 décembre 2021, la Commission européenne et le Service Européen de l’Action Extérieure ont publié leur rapport annuel dans lequel ils réaffirment et confirment un fait inéluctable: la population de nos provinces du sud bénéficie pleinement des retombées des accords commerciaux conclus entre le Maroc et l’UE. Le document détaille les différents aspects des bénéficies qu’apporte cet accord à la population du Sahara marocain. En interne, cela n’a rien de nouveau. Cette reconnaissance ne fait que refléter une réalité implacable, avérée et vérifiable sur le terrain.

Que l’Union européenne atteste, par des données chiffrées, de l’impact positif et visible de l’accord sur le développement socio-économique des Provinces du Sud et leurs populations, en termes notamment de création d’emplois et d’investissements, cela constitue un point positif par rapport au verdict prononcé par le tribunal européen le 29 septembre 2021 qui annule les deux accords de pêche et agricole Maroc- UE, un jugement émis en réponse aux recours du front Polisario visant l’annulation de la décision relative aux échanges entre l’Union européenne et le Royaume du Maroc. La cour d’appel européenne est censée réparer ce préjudice.

Car les populations des provinces du sud profitent réellement des richesses créées par les accords Maroc- UE. Et puis, le Tribunal européen a estimé dans son jugement que le rôle et la représentativité du requérant sont de nature à lui conférer la capacité d’agir devant le juge de l’Union. De quelle représentativité parle cette juridiction européenne quand on sait les camps de Tindouf abritent près de 60.000 réfugiés (d’après le recensement espagnol) alors que la population du Sahara marocain avoisine 1 million d’âmes (selon le dernier recensement de 2014)? Et puis, la dynamique vertueuse que connaissent les provinces du sud, particulièrement dans le cadre du «programme de développement 2016-2021», est en soi une preuve tangible et incontestable que ce que le Maroc, sous l’impulsion de S.M. le Roi, dépense et investit dans une des 12 régions marocaines dépasse de loin et est sans commune mesure avec ce que rapportent les deux accords de pêche et agricole réunis.

C’est à croire que l’UE se sert politiquement de ses juridictions pour faire pression sur le Maroc. Ce n’est pas le premier jugement du genre qui fut abandonné au profit d’un arrêt qui remet les pendules à l’heure, chaque fois que les vingt-sept membres de l’UE risquent de perdre leurs intérêts et avantages.

Le Sahara est marocain et sa population profite de ses richesses. Cela, l’Union européenne, influencée par la France, l’Espagne et l’Allemagne, le sait. Mais ne le faisait pas savoir tant que ses intérêts ne sont pas remis en question.

Les vingt-sept se servent de l’Algérie, qui finance des campagnes de propagande anti-marocaine. Ils soufflent le chaud et le froid tantôt pour satisfaire la vanité et les visées délétères des généraux algériens en contrepartie du pétrole et du gaz et tantôt pour rétablir et préserver, après une brouille passagère, leurs relations incontournables avec le Royaume. Le rapport annuel de l’UE, qui confirme l’engagement durable de l’État marocain à développer ses provinces du sud, reflète justement cette politique européenne qui consiste à ménager la chèvre et le chou.