Union Européenne-Afrique: Un partenariat gagnant-gagnant

Le partenariat Europe-Afrique soutenu sur une base mutuellement avantageuse se doit d’être une priorité des deux côtés afin de consolider une relance économique régionale durable.

Le Maroc a plaidé, lundi 10 janvier 2022, à Paris, pour un nouveau partenariat gagnant-gagnant entre l’Union européenne (UE) et le continent africain, au moment où la France prend pour six mois la présidence tournante du Conseil de l’UE.

«Il est nécessaire de définir ensemble un pacte commercial et industriel commun basé sur les atouts de l’Europe en tant que puissance industrielle renouvelée et innovante et l’Afrique, qui offre des relais de compétitivité décarbonnée en termes de production, d’innovation et de services», a affirmé le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour, dans une intervention par vidéo, à l’ouverture d’une conférence internationale sur le thème «Relations commerciales Union européenne-Afrique: vers de nouveaux partenariats », tenue lundi sous format hybride à Paris et qui a donné le coup d’envoi de la présidence française du Conseil de l’UE.

Organisée par la Direction générale du Trésor rattachée à Bercy, et le Quai d’Orsay, cette conférence internationale vise à mettre en valeur le partenariat européen avec l’Afrique en matière de commerce et d’investissement, à quelques semaines du sommet UA-UE voulu par le Président Emmanuel Macron dans le cadre de la présidence française du Conseil de l’UE.

Intégration des chaînes de valeur
Ouvrant l’événement, le ministre délégué français au Commerce extérieur et à l’Attractivité, Franck Riester a affirmé que le choix de démarrer la présidence française du Conseil de l’UE avec cette conférence n’est pas anodin, car la France place la refondation du partenariat entre l’Afrique et l’Europe au coeur de ses priorités à la tête de sa présidence de l’UE. Selon le ministre français, l’approfondissement des relations de commerce et d’investissement entre les deux continents est «une composante importante» de cette refondation.

«Notre objectif est simple, nous voulons renforcer l’intégration des chaînes de valeur entre l’Europe et l’Afrique et répondre à l’impératif de transition écologique de nos différentes économie», a-t-il dit. Pour lui, tout porte à approfondir ces liens: la proximité géographique entre les deux continents, la proximité humaine qu’entretiennent les diasporas, et la densité actuelle des relations économiques avec l’Afrique dans l’Union européenne qui est le premier partenaire commercial, le premier investisseur étranger est le premier partenaire de développement.

Le ministre délégué français au Commerce extérieur et à l’Attractivité a également mis l’accent sur l’ambition partagée des deux côtés de la Méditerranée d’accélérer la relance ensemble, de bâtir ensemble les conditions d’une croissance plus résiliente, plus juste et plus durable, tout en relevant la conviction commune qu’il reste un immense potentiel de prospérité à développer en facilitant davantage les investissements et les échanges.

Cette conférence internationale, marquée par la participation notamment du vice-président exécutif de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, de la ministre de l’industrialisation, du commerce et du développement de l’entreprise du Kenya, Betty Chemutai Maina et de plusieurs ambassadeurs africains et européens accrédités à Paris, vise à mettre en valeur le partenariat européen avec l’Afrique en matière de commerce et d’investissement, à quelques semaines du sommet UA-UE. Les conclusions issues de cette conférence internationale seront soumises au Sommet UEUA, qui se tiendra les 17 et 18 février prochain à Bruxelles.