Les ultras du Raja sèment la terreur dans la métropole

Actes de vandalisme dans la ville de Casablanca

Les célébrations qui marquent leur quinzième anniversaire, ont tourné au drame. Des actes de vandalisme ont été commis dans plusieurs quartiers de la métropole, provoquant notamment des dégâts matériels considérables.

Samedi 5 juin 2021, les Casablancais ont vécu cette soirée la peur au ventre, avec des explosions fortes qui ont retenti dans le ciel de la métropole économique. Au point de se croire dans les territoires palestiniens occupés. Avant de découvrir par la suite qu’il s’agit de célébrations tentaculaires organisées par les «Ultra Eagles» du Raja, qui fêtaient le quinzième anniversaire de leur création.

Des célébrations qui ont tourné au drame dans plusieurs quartiers de la métropole. Notamment dans le quartier Riyad El Oulfa, où les habitants racontent voir des jeunes déguisés en ninja, totalement voilés, sabres à la main, en train de détruire les voitures des particuliers. Des actes de vandalisme inacceptables qui ont causé la casse d’une vingtaine de véhicules, dont les vitres ont été totalement brisées et les sièges arrachés. Si les habitants de ce quartier dénoncent un manque de sécurité aux abords de leurs lieux de résidence, il n’en demeure pas moins que les forces de police sont intervenues le lendemain pour arrêter les fauteurs de troubles.

Descente massive
Ces actes de terreur menés par des mineurs désoeuvrés et probablement sous l’effet de la drogue font revivre pour les Casablancais un sentiment d’insécurité qui règne de plus en plus dans les artères de la métropole. Ils interviennent alors que les autorités n’ont pas encore autorisé la réouverture des stades au public. Malgré cette restriction, les forces de police ne manquent pas, par prudence, d’organiser des patrouilles policières renforcées aux alentours du stade Mohammed V de Casablanca à chaque fois il y a un match de football. Une manière d’éviter les mauvaises surprises qui pourraient émaner de personnes zélées à la fin du match.

Connus pour leur agressivité et leur aspect violent, les Ultra Eagles du Raja avaient en mars 2021, en pleine pandémie, organisé une descente massive dans le siège du Raja de Casablanca pour réclamer le départ de l’ancien entraineur des verts à l’époque, Jamal Sellami.

Les autorités ont dépêché un dispositif policier d’une grande ampleur autour du stade de l’Oasis qui abrite les locaux du grand club casablancais. Par le passé, les Ultra Eagles ont à leur passif de nombreuses manifestations violentes soldées par des situations chaotiques dans la métropole et des arrestations en masse dans leur rang. Il avait été question de les dissoudre en réaction à leurs actions hors la loi, mais les autorités semblent à nouveau les tolérer.

Une tolérance qui probablement pourrait coûter cher aux Casablancais avec ces sentiments d’insécurité qui se développent et se nourrissent ces derniers temps par la crise du Covid-19.