Le travail informel, frein à la reprise

RAPPORT DE LA BANQUE MONDIALE SUR LE TRAVAIL AU NOIR

Si les gouvernements n’adoptent pas un ensemble complet de mesures politiques pour faire face au travail au noir, la reprise économique après la récession provoquée par la pandémie sera compromise

Le travail au noir représente plus de 70% de l’emploi total dans les pays émergents et en développement, un niveau tel qu’il risque de freiner la reprise de ces économies, selon un rapport de la Banque mondiale publié mardi 11 mai 2021. «Un pourcentage étonnamment élevé de travailleurs et d’entreprises exercent leur activité en dehors du champ de vision des gouvernements des pays émergents et des économies en développement», souligne l’institution dans un communiqué.

Selon elle, si les gouvernements n’adoptent pas «un ensemble complet» de mesures politiques pour y faire face, la reprise économique après la récession provoquée par la pandémie sera compromise. L’étude, intitulée «The Long Shadow of Informality: Challenges and Policies » (Le fantôme de l’informalité: défis et politiques), est la première analyse complète réalisée par la Banque qui examine l’étendue du phénomène et ses conséquences potentielles sur la reprise économique.

Perte de revenu
Le secteur informel représente près d’un tiers du Produit intérieur brut de ces pays, ce qui «diminue (leur) capacité à mobiliser les ressources budgétaires nécessaires pour soutenir l’économie en cas de crise, à mener des politiques macroéconomiques efficaces et à renforcer le capital humain pour le développement à long terme», résument les auteurs de l’étude. Les recettes publiques des pays émergents et en développement dont le travail au noir est supérieur à la moyenne, représentent environ 20% du PIB, soit 5 à 12 points de pourcentage en moins que le niveau des autres pays.

Les dépenses publiques sont également inférieures de 10 points de pourcentage du PIB. «De même, la capacité des banques centrales à soutenir les économies est limitée par les systèmes financiers sous-développés associés à une informalité généralisée», explique la Banque mondiale.

De plus, l’emploi au noir est aussi discriminant puisqu’il affecte davantage les femmes et les jeunes peu diplômés. «Au milieu de la crise du Covid-19, ils sont souvent laissés pour compte, avec peu de recours aux filets de sécurité sociale lorsqu’ils perdent leur emploi ou subissent de graves pertes de revenus», a commenté Mari Pangestu, directrice générale de la politique de développement et des partenariats de la Banque mondiale.

Cette étude doit inciter les décideurs politiques à s’attaquer à ce phénomène, «ce qui sera essentiel à l’avenir alors que nous nous efforçons de parvenir à un développement vert, résilient et inclusif», a-t-elle ajouté.

La Banque mondiale observe en outre qu’une part élevée de travail non déclaré «sape les efforts politiques visant à ralentir la propagation du Covid-19 et à stimuler la croissance économique». Car, l’accès limité aux filets de sécurité sociale signifie que de nombreux travailleurs au noir n’ont pas été en mesure de rester chez eux ou de respecter les exigences de distanciation physique.