Ça ne roule pas bien pour les transporteurs touristiques

Report des échéances des crédits des transporteurs touristiques

La profession réclame un nouveau report jusqu’à juin sous peine d’avoir 75% de faillites en 2021

Le secteur du transport touristique est parmi les secteurs les plus touchés par les conséquences de la crise sanitaire de Covid-19, puisque la saison touristique avait pris fin en octobre, plusieurs mois avant le début de la pandémie du nouveau coronavirus au Maroc, en mars dernier.

Les entrepreneurs du secteur, en détresse et trouvant du mal à honorer leurs créances n’en peuvent plus. Ils ont maintes fois tiré la sonnette d’alarme et appelé à la mise en place d’un plan de sauvetage des entreprises au bord de la faillite à cause du refus des banques de mettre en oeuvre les recommandations émises par le Comité de veille stratégique liées notamment au report des échéances de crédit.

La réunion qui vient d’avoir lieu le 23 novembre 2020 entre leur fédération, (la Fédération nationale des transporteurs touristiques affiliés à la CGEMCNT), les représentants du Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) et le SG du ministère du tourisme semble déboucher sur une issue favorable puisqu’elle a abouti à la mise en place d’un accord pour reporter les échéances des crédits des transporteurs jusqu’à décembre 2020.

Selon Rachid Bouamara, président délégué de la FNTT, un round final de négociations se tiendra le 30 courant pour formaliser cet accord et examiner les demandes de la profession qui réclame un nouveau report jusqu’à juin sous peine d’avoir 75% de faillites en 2021.

Round final
Au cours de cette réunion, tous les participants se sont mis, en effet, d’accord sur le fait que certaines banques avaient un problème de communication et qu’elles allaient désormais devoir rectifier le tir. En fait, la FNTT ne demande ni plus ni moins que l’application d’une disposition du CP dûment signée par le GPBM qui concernait le report jusqu’à fin décembre de tous les crédits ou leasing des entreprises touristiques sans ajout d’intérêts ou de majoration.

N’étant pas en mesure de payer leurs crédits même après la dead-line de départ qui était censée être en décembre prochain, les transporteurs touristiques n’ont pas manqué de demander, à cet effet, un nouveau report jusqu’à juin prochain, soit six mois de plus. En effet, n’ayant aucune visibilité sur la date de fin de la crise sanitaire et sur l’efficacité réelle des campagnes mondiales de vaccination, il est nécessaire pour les transporteurs touristiques de disposer de suffisamment de temps pour espérer un retournement de situation.

A condition que les banques et organismes de leasing acceptent de reporter les échéances, sinon les faillites démarreront dès le début de 2021. Il serait, alors, trop tard pour sauver le secteur du transport touristique.


X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger