Tragédie d'Al-Haouz : comment peut-on aider notre nation à se relever ?


Alors que nous célébrons ces initiatives louables, l’heure est à la mise en oeuvre d’une réponse structurée et durable.

Au lendemain du séisme qui a secoué le Maroc, le monde entier a brillé de mille feux à travers une série d’initiatives magnifiques et spontanées. Des flots de denrées alimentaires ont été transportés par des hommes et des femmes de tous horizons, mettant de côté leurs différences pour venir en aide aux victimes. Des Marocains de toutes classes sociales, des grands et des enfants ont donné ce qu’ils peuvent, parfois même ce qu’ils ont de plus cher.

Les vidéos d’une femme accompagnée de son fils qui a voulu donner la seule bague d’or qu’elle a ou encore du vieil homme qui est venu silencieusement sur sa bicyclette, a donné un sac de farine en guise de donation pour les victimes du séisme, puis est parti sans dire un mot, ont ébloui le monde entier. Certains ont emporté des jeux, offrant des bulles de joie au milieu du chaos; d’autres se sont improvisés clowns, mettant des sourires sur les visages des enfants marqués par la tragédie. Dans le même esprit, les panneaux de lumière solaire et le système de connexion WiFi Starlink ont été déployés, apportant un semblant de normalité dans un paysage ébranlé, en reconstruisant, pas à pas, le réseau de communication brisé dans une grande partie des villages sinistrés.


La spontanéité du mouvement a illustré l’essence même de la solidarité marocaine, une démonstration vivante que l’humain était là, présent dans toute sa grandeur et dans toute sa générosité. Alors que nous célébrons ces initiatives louables, l’heure est à la mise en oeuvre d’une réponse structurée et durable. Comme l’a souligné le Roi durant la réunion urgente au lendemain de la tragédie du 8 septembre 2023, une attention particulière doit être portée aux individus les plus vulnérables, notamment les orphelins et les personnes sans abri, s’assurant que leurs besoins fondamentaux, tels que le logement et l’alimentation, sont satisfaits avec dignité et humanité.

D’abord et avant toute chose, la sécurité des enfants, des orphelins et des jeunes filles et femmes doit être assurée, surtout quand on voit sur les réseaux sociaux des publications que certaines personnes de ces zones sinistrées peuvent être victimes de harcèlement, d’agressions ou encore de tentatives de mariage précoce. A cet égard, les donations aux points de collecte mis en place par la Fondation Mohammed- V pour la solidarité ou encore la contribution au fond spécial créé auprès du Trésor et de Bank Al-Maghrib (BAM) fait figure de moyen pratique pour éviter les escroqueries et garantir que l’aide atteigne directement ceux qui en ont le plus besoin. C’est dans cette optique que les entreprises et les individus sont tous invités à mettre la main à la poche.

Plus loin encore, cette tragédie se présente comme le moment optimal pour lever les yeux vers l’avenir, avec une considération particulière pour les régions montagneuses. Le rapport de la Banque mondiale de 2022 met en relief la vulnérabilité accrue de ces zones face aux aléas climatiques, amplifiée par des niveaux de pauvreté et d’inégalité alarmants. Ainsi, une politique publique axée sur l’équité et l’adaptabilité s’impose, cherchant à éradiquer les inégalités et à promouvoir une prospérité partagée.

En outre, nous devons nous interroger sur les raisons profondes derrière l’absence d’infrastructures adéquates dans ces régions, et pourquoi, en moments de crise, un silence assourdissant semble émaner des sphères gouvernementales. Les questions sont lancinantes, les réponses se font attendre. Pour écrire un avenir différent, un avenir meilleur, il est impératif d’oser poser ces questions difficiles, d’exiger la transparence et la responsabilité, et d’encourager une mobilisation qui va au-delà de l’urgence immédiate.

Articles similaires