Trafic illégal d'aigles: Un réseau international démantelé à Marrakech

La Direction régionale des Eaux et forêts et de la lutte contre la désertification du Haut Atlas, à Marrakech, annonce le démantèlement d’un réseau international qui s’active dans la détention, la chasse et le trafic illégal d’aigles dans la Ville ocre.

Tout est parti d’un contrôle effectué le 16 novembre 2021 sur un véhicule soupçonné d’être utilisé dans le transport d’éperviers, ces espèces rares. «Les investigations menées et l’interrogatoire auquel le propriétaire a été soumis, avec le concours des éléments de la Gendarmerie Royale, sous la supervision du Parquet compétent, ont révélé qu’il s’agit d’une opération de trafic illégal d’aigles, au profit de personnes issues d’un pays du Golfe», indique-t-elle, dans un communiqué publié le jeudi 18 novembre.

Après avoir découvert le pot aux roses, ces défenseurs de la faune poussent les recherches plus loin. En coordination avec les services des Douanes et la police judiciaire qui avaient ouvert une enquête dans ce sens, ils récupèrent huit éperviers «anesthésiés et soigneusement dissimulés», le 17 novembre à l’Aéroport international Marrakech-Ménara. Des oiseaux détenus par des «personnes faisant l’objet d’un avis de recherche et qui s’apprêtaient à quitter le territoire national à bord d’un jet privé».

Outre ces éperviers, du gibier appartenant à des espèces protégées a également été saisi. «Afin de parachever l’enquête et les investigations, et afin d’élucider cette affaire, une équipe composée des éléments de la Gendarmerie Royale et des Eaux et Forêts s’est déplacée à Sidi Bennour, sur instructions de Parquet, pour s’assurer de l’origine des éperviers et rechercher d’éventuels individus impliqués dans cette affaire. Cette équipe a réussi à mettre la main sur une quantité importante de gibier congelé, appartenant à des espèces protégées, qui avaient été capturés avec des aigles», précise la Direction.

E.S