Tous pour l'intégrité territoriale du Royaume

Les Marocains du monde

Cette communauté a donné à maintes reprises et donne encore la preuve, de la manière la plus spontanée et majestueuse qui soit, d’un patriotisme que l’éloignement magnifie, en défendant, par le truchement de manifestations et de sit-in, la première cause nationale, le Sahara marocain.

“On ne meurt que pour sa patrie ou pour ses enfants”. Tout Marocain, là où il se trouve, à l’intérieur du Royaume ou à l’étranger, se rappelle encore cet adage. Le même qui motivait et mobilisait des dizaines de milliers de Marocaines et Marocains ayant répondu, non sans fierté, à l’appel de feu Hassan II à une «Marche verte» à caractère pacifique, un 6 novembre 1975, qui avait abouti au recouvrement de nos provinces du Sud.

Aujourd’hui encore, 46 ans après cette épopée unique au monde, la chanson drapeautique «Sawt Al Hassan», véritable chef-d’oeuvre musical créé à l’occasion par le célèbre Fathallah Lamghari, est chantée en choeur par des foules nombreuses de Marocaines et de Marocains, jeunes et moins jeunes, grands-parents et leurs petits-enfants, dans les rues de leurs villes et pays d’accueil en Europe, aux Etats-Unis, en Australie… Bref, dans les quatre coins du monde.

Le cordon ombilical n’est pas près d’être coupé! Ni la distance ni le temps ne changent rien au rapport étroit, intime et fort à la patrie et à la monarchie qu’entretiennent les Marocains du monde. Ils continuent à parler leur langue maternelle tous les jours ou presque, à consommer au moins une fois par semaine des produits alimentaires typiquement marocains et à s’intéresser de très près à l’actualité politique, économique et sociale du Royaume.

Les Marocains de l’étranger n’ont jamais mis leur nationalité et leur attachement au Maroc entre parenthèses. Cette communauté joue plusieurs rôles très importants pour le Maroc, dont la défense de ses causes et intérêts à l’étranger, la contribution à son rayonnement, la participation à la création de la richesse nationale, au développement territorial, au maintien de la cohésion sociale, à la lutte solidaire contre la précarité et la pauvreté...

Elle a donné à maintes reprises et donne encore la preuve, de la manière la plus spontanée et majestueuse qui soit, à l’occasion de la célébration du 46e anniversaire de la Marche verte, d’un patriotisme que l’éloignement magnifie, en défendant, par le truchement de manifestations et de sit-in, la première cause nationale, le Sahara marocain.

Ouvriers, salariés, professeurs, médecins, entrepreneurs, ingénieurs, chercheurs ou artistes, tous se partagent l’amour de la patrie. Leur nouvelle vie n’a rien changé à leur affection pour la terre de leurs ancêtres.

Un attachement qui se traduit également par leur volonté de transférer de l’argent à leurs familles au Maroc et d’y investir dans le dessein d’y retourner un jour. Le désir de mourir dans le pays natal et d’y être enterré est une constante dans le projet migratoire de tout Marocain, homme ou femme, établi à l’étranger.

Engagés dans la vie économique et sociale de leur pays de résidence, riches de la diversité de leur parcours et de leurs histoires, les Marocains du monde participent pleinement au rayonnement économique, linguistique et culturel de notre pays. On ne compte plus le nombre de réussites de Marocains à l’international. A cette communauté qui a su garder et transmettre au fil des générations des liens puissants avec la patrie il va falloir rendre hommage.