Tourisme: Les transporteurs touristiques montent au créneau

La Fédération nationale du transport touristique espère l’ouverture d’un dialogue serein et responsable avec le prochain gouvernement afin d’appliquer d’urgence les mesures de soutien prévues dans le contrat-programme 2020-2022.

La Fédération nationale du transport touristique au Maroc (FNTTM) donne le tempo. Dans une lettre, la fédération appelle le prochain gouvernement à se pencher sérieusement sur les doléances des professionnels du secteur. «Nous sommes prêts à nous engager aux côtés du prochain gouvernement pour le développement du secteur et nous l’appelons à nous soutenir dans notre cause juste et réaliste.

Le secteur a énormément souffert à cause de la crise touristique et de notre exclusion par le gouvernement de Saâd Dine El Otmani», lance d’emblée la fédération. Cette dernière regrette le non-respect du gouvernement et du comité de veille économique de leurs engagements, pourtant paraphés dans le cadre d’un contrat-programme 2020-2022.

Ouverture d’un dialogue
Pour aider le secteur à sortir de son marasme, les professionnels ont rappelé leurs doléances. Ils demandent ainsi la suppression des dettes accumulées par les professionnels en période de Covid-19, où le tourisme était en panne, ainsi que la baisse des frais d’assurance, qu’ils jugent très élevés. Ils demandent également la fin des saisies des véhicules et biens des entreprises en difficulté.

«Au lieu de nous aider et de soutenir financièrement le secteur, on aggrave notre situation en accélérant la faillite de dizaines d’entreprises et en mettant des centaines d’employés au chômage. Nous avons besoin d’exonérations fiscales, de suppressions des dettes et des intérêts des crédits contractés en période de crise, ainsi que d’une réadaptation de la tarification des compagnies d’assurance, qui est exorbitante et ne prend pas en considération le contexte de crise actuel. Nous n’étions pas une priorité du gouvernement précédent, qui nous a laissés à la merci des sociétés de financement, des banques et des assurances», se désole la Fédération nationale du transport touristique au Maroc.

La corporation a également lancé un appel à la Confédération nationale du tourisme (CNT) et à toutes les parties prenantes pour défendre leur cause «légitime » auprès des instances de gouvernance du secteur touristique et des autorités. Par ailleurs, la fédération des transporteurs touristiques a regretté l’interdiction systématique, de la part des autorités, de toute manifestation ou action de protestation.

Enfin, la FNTTM espère l’ouverture d’un dialogue serein et responsable avec le gouvernement afin de mettre en oeuvre le contrat-programme avec le secteur, d’appliquer d’urgence les mesures de soutien annoncées et d’interdire toute saisie des biens et des véhicules des entreprises de transport touristique.