Tourisme : les recettes voyages au rendez-vous

Les recettes voyages ont atteint en 2019 un record de 78,8 milliards de dirhams (MMDH). Après celui enregistré une année auparavant à 73 MMDH, selon un rapport de l’Office des changes.

Avec ses frontières fermées aux visiteurs étrangers depuis le mois de mars et jusqu’à nouvel ordre, le Maroc vit une année 2020 très difficile dans le domaine du tourisme. Selon un rapport de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced), le Maroc est classé 7e pays le plus touché par la crise du coronavirus. Pourtant, le Royaume semblait sur une belle lancée après des chiffres encore jamais atteints en 2018 et plus encore en 2019. En effet, notre pays a enregistré un nouveau record de recettes de voyages de 78,8 milliards de dirhams (8,12 milliards de dollars) en 2019, contre 73 milliards (7,5 milliards de dollars) en 2018, selon le rapport annuel de la Bourse sur la balance des paiements et la position extérieure globale du Maroc.

Lorsqu’on s’attarde sur ces chiffres, on s’aperçoit que c’est la France qui a émis la majorité des recette de voyage, représentant 25,7 milliards de dirhams (2,6 milliards de dollars). L’Espagne a émis 6,68 milliards de dirhams (688,7 millions de dollars) en recettes de voyages, suivie par le Royaume-Uni avec 6,31 milliards (650,5 millions de dollars) et l’Arabie saoudite avec 2,78 milliards de dirhams (286,6 millions de dollars). Quant aux dépenses, elles ont nettement augmenté, passant de 18,6 MMDH en 2018 à 20,9 MMDH en 2019 en hausse de 145,88% par rapport à 2008. Cette année-là, ces dépenses avaient atteint seulement 8,5 MMDH. L’année dernière, elles étaient principalement concentrées dans le tourisme (55%), les frais de scolarité (25,4%) et les voyages religieux (9%). Les recettes de services, quant à elle, ont représenté 42% des dépenses, tandis que les recettes de transport ont représenté 19%.

Une forte baisse
Le record de l’année dernière ne sera certainement pas égalé en 2020. Les différents indicateurs du secteur ont connu une forte baisse au cours des quatre premiers mois de 2020, a déclaré la ministre du Tourisme Nadia Fettah El Alaoui le 8 juin. Le nombre de touristes a diminué de 45% par rapport à la même période l’an dernier, les nuitées ont chuté d’environ 43% et les recettes touristiques ont diminué de 15%. Le 5 mai, le ministre a déclaré que la crise avait fermé 87% des hôtels au Maroc.

Entre janvier et avril, les recettes de voyages sont passées de 23 milliards de dirhams (2,307 milliards de dollars) à 20 milliards de dirhams (2 milliards de dollars), soit une baisse de 13%. Les acteurs du domaine sont dans le flou le plus total en l’absence d’une vision des politiques à définir des axes pour réaliser une reprise complète du tourisme, d’autant plus qu’il n’y a toujours pas de date fixe pour rouvrir les frontières du Maroc aux voyageurs internationaux jusqu’au 10 juillet, date de la fin de l’état d’urgence sanitaire dans le pays.

Heureusement, le tourisme intérieur au Maroc a connu une reprise depuis que les restrictions de voyage ont été assouplies le 25 juin, le transporteur national Royal Air Maroc célébrant une «relance historique» des vols intérieurs. Mais ce se sera pas suffisant pour relever complètement la tête. D’ailleurs, l’Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies (OMT) et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) se sont également engagées à soutenir la relance du secteur du tourisme au Maroc.


Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger