Le tourisme marocain sur la voie de la reprise

Le secteur retrouve peu à peu ses niveaux de 2019

Après une longue attente, l’été 2022 aura été finalement le vrai point de départ de la reprise du tourisme au Maroc. Les recettes et le nombre d’arrivées durant les 7 premiers mois, et plus particulièrement juin et juillet, montrent en retour relatif au niveau d’avant covid.

Des terrasses pleines à craquer, des plages dont le sable couvert par les parasols est à peine visible, et surtout des hôtels et des appartements pour la location de vacances surbookés, malgré la surenchère des prix. Le tourisme marocain n’a pas raté le rendez-vous pour sa presque première saison estivale post-covid, après deux années très difficiles pour le secteur à tous les niveaux. En témoignent les derniers chiffres officiels: plus de 3,2 millions de touristes ont visité le Royaume durant les mois de juin et juillet 2022, dont 2 millions en juillet, soit 65%. Cette affluence s’est traduite par l’enregistrement de 3,8 millions de nuitées sur la même période.

Le tourisme marocain a réussi le pari de récupérer la totalité des arrivées enregistrées sur la même période en 2019, c’est-à-dire avant la pandémie. Pour l’État et les professionnels, la reprise n’est plus un espoir fragile, mais plutôt une réalité palpable sur le terrain, alors que la destination Maroc retrouve peu à peu son attractivité, malgré une légère hausse des prix des billets d’avion.

Pour ce qui est du premier semestre de 2022, le nombre d’arrivées s’est établi à 3,4 millions de touristes, soit quatre fois plus qu’en 2021, et 61% du nombre de touristes ayant visité le Maroc sur la même période en 2019. À cela s’ajoutent les 2 millions de touristes attirés en juillet, pour arriver à un total de 5,4 millions sur les sept premiers mois de l’année. Pour ce qui est des recettes en devise, le département de tutelle affirme avoir atteint le seuil des 27,3 milliards de dirhams durant le premier semestre 2022, soit 81% des recettes enregistrées sur la même période en 2019, avant la crise sanitaire. Une performance d’autant plus encourageante, alors que les frontières du Royaume étaient restées fermées pendant les cinq premières semaines de l’année en cours.

Un mois exceptionnel
Le mois de juin représente à lui seul 25% des recettes du premier semestre, ce qui laisse prévoir une hausse encore plus importante, une fois que les chiffres de juillet, meilleur mois de cette année en termes d’arrivées jusqu’à maintenant, seront comptabilisés. Une dynamique qui se ressent dans les aéroports du Royaume, qui ont totalisé, à fin juillet 2022, un volume de trafic commercial de 9.813.316 passagers à travers 89.648 mouvements aéroportuaires selon l’Office national des aéroports (ONDA), soit des taux de récupération de 70% et 75% respectivement par rapport à l’année 2019. Le mois exceptionnel de juillet a d’ailleurs connu la récupération de la quasi-totalité (98%) du trafic aérien par rapport à la même période en 2019.

Il faut noter toutefois la place importante des Marocains résidents à l’étranger (MRE), qui représentent près des deux tiers des 3,2 millions de touristes attirés durant les six premiers mois de 2022. Un constat qui devra pousser le ministère de tutelle à doubler d’effort auprès des marchés étrangers, notamment les clients classiques du Royaume (France, Espagne, Allemagne), alors que la “Vision 2030”, qui table sur 26 millions de touristes, soit le double du chiffre réalisé en 2019, semble de plus en plus difficile à réaliser.