Des toiles pleines de vie et de mystères

KHADIJA EL FAHLI, ARTISTE-PEINTRE

Si Khadija El Fahli, native de Sidi Kacem, n’était pas destinée, de par sa formation, à embrasser une carrière artistique, elle a réussi à devenir une grande artiste-peintre en capitalisant sur son enfance exceptionnelle et son amour indéfectible pour l’art et la culture. En vingt ans de carrière artistique, ses toiles sont exposées et vendues aux quatre coins du monde.

Les toiles de la grande artiste- peintre Khadija El Fahli sont assurément d’une beauté artistique exceptionnelle. Malgré sa discrétion, due selon elle à sa timidité mais aussi à son souci de perfectionnement, elle a réussi à devenir une artiste universelle dont les oeuvres sont exposées et vendues aux quatre coins du monde.

Ses tableaux ont fait le tour de la planète: de Casablanca à Rio De Janeiro en passant par Paris, Monaco, Cannes, Madrid et Tunis avec toujours le même accueil enthousiaste des publics. Native de Sidi Kacem, elle estime avoir vécu une enfance heureuse au milieu d’une famille aimante et chaleureuse. Une époque qu’elle aime répercuter dans ses oeuvres qui racontent des histoires humaines à la fois pleines de mystères et de leçons pour la vie.

Pour elle, «l’enfant en toi te porte». Une expression, propre à elle, qu’elle ne cesse de mettre en valeur dans le cadre d’une peinture vivante, nostalgique et projetée vers l’avenir. Vivant à Rabat, cette enseignante des sciences de la vie et de la terre, après un parcours scolaire et universitaire brillant, a construit une carrière artistique enviable.

Riches en symboles puisés dans la culture marocaine avec ses multiples composantes, ses tableaux sont le reflet d’une vie exaltante et franchement positive qu’elle aime généreusement partager avec son public.

Si elle affirme avoir suivi des cours de dessin à Rabat, où elle fréquentait la galerie Bab Rouah dans les années 70, elle estime avoir toujours été impressionnée par l’architecture andalouse et celle des régions du sud du Maroc.

Messages d’amour
Comme elle se sent attirée par les ruelles, les senteurs, les sons, les portes majestueuses, les fontaines et le fer forgé. À l’artiste-peintre Ben Ali Rbati, elle voue une admiration considérable. Depuis les années 80, elle dessinait les arcades et le fer forgé. Mais ce n’est qu’en 2003 que sa première toile a vu le jour. En 2012, elle organise sa première exposition culturelle, suivie de deux autres expositions quelque temps plus tard. En quelques années, Khadija El Fahli a participé à une trentaine d’expositions, dont quatre en France et une à Tunis.

Actuellement, ses oeuvres sont exposées un peu partout dans le monde. Mais la vanité ne l’a jamais effleurée. Connue pour sa grande humilité et son authenticité, cette grande dame réussit à véhiculer à travers ses tableaux des messages d’amour, de douceur et de dévouement.