Tayeb Hamdi: "Face au variant Omicron, la vigilance est de rigueur"

Entretien avec Dr. Tayeb Hamdi, médecin, chercheur en politiques et systèmes de santé

Caractéristiques du variant Omicron, sa transmissibilité et sa virulence, les raisons derrière la fermeture des frontières… Dr. Tayeb Hamdi, médecin, chercheur en politiques et systèmes de santé, éclaire notre lanterne.

Ce variant inquiète et suscite plusieurs interrogations. Quelles sont ses principales caractéristiques?
Omicron a émergé dans une province de l’Afrique du Sud où moins de 24% de la population sont vaccinés. Cette localité dans laquelle est apparu ce variant est surpeuplée et qui constate plus de 80% des cas de Covid-19 de tout le pays. A chaque fois qu’on constate l’émergence d’un nouveau variant, les chercheurs s’interrogent sur son degré de contagiosité, sa virulence, son diagnostic par les tests PCR et sa résistance aux vaccins et médicaments utilisés pour lutter contre les souches précédentes. Les scientifiques se basent sur les réponses issues de ces quatre questions pour le classer.

Pour l’heure, il existe plusieurs inconnues, nous n’avons que des indicateurs inquiétants. Les scientifiques sud-africains ont constaté une accélération des contaminations au Covid-19 dans la province où il est apparu, mais aucune donnée scientifique ne permet, pour l’heure, de confirmer une corrélation entre cette flambée et ce variant. Ce que l’on sait, c’est qu’Omicron a accumulé trente mutations contre une ou deux pour le variant Delta. Parmi ces trente mutations, dix mutations qui sont sur la partie sensible du virus et qui sont liées à sa transmissibilité et immunogénicité, ce qui pourrait le rendre plus virulent et plus résistant aux vaccins.

On assiste actuellement à une injustice vaccinale dans le monde. Les livraisons ont été insuffisantes puisqu’on trouve des pays qui ont des populations largement vaccinées avec deux voire trois doses, notamment les enfants; et d’autres qui sont sous-vaccinés ou pas vaccinés. Malheureusement, cette situation facilite l’apparition des variants. Certes le Maroc dispose d’une quantité de doses suffisante pour vacciner sa population, mais on aurait aimé qu’il y ait une justice vaccinale à l’échelle planétaire.

Après l’administration de plus de 7 milliards de doses, les scientifiques ont constaté que le schéma vaccinal doit désormais reposer sur trois doses et non une ou deux injections. La troisième permet de mieux se protéger du Covid et permettra de briser les vagues en réduisant la circulation du virus et booster l’immunité des personnes déjà vaccinées qui est mesure de les protéger même face à de nouveaux variants. D’où la nécessité de se faire vacciner le plus rapidement possible.

Le variant Omicron serait-il plus résistant aux vaccins actuels?
Des analyses sont actuellement en cours dans les laboratoires et il va falloir attendre plusieurs semaines pour avoir une idée plus claire sur ces différentes hypothèses. Jusqu’à présent, Delta est le variant dominant dans le monde. Si ce nouveau variant est de 10 à 20% plus transmissible que ce dernier, cela ne devrait pas changer le rythme d’évolution de la pandémie. Par contre, si le niveau atteint 50%, ce virus va s’étendre dans le monde et provoquera de nouvelles vagues plus virulentes et des cas graves. Sa résistance aux vaccins risque aussi d’affaiblir leur efficacité.

Le Maroc a décidé de suspendre, pour une durée deux semaines tous les vols à destination du Royaume après l’apparition de ce variant. Pourquoi une telle décision?
Cette fermeture des frontières est nécessaire pour avoir plus de données sur ce nouveau variant qui demeure une équation à plusieurs inconnues. Nous avons fixé ces deux semaines de fermeture pour réaliser des recherches dans les laboratoires afin de vérifier sa résistance aux vaccins utilisés au Maroc et partout dans le monde, au lieu de revenir expressément aux mesures restrictives. Et sur la base des réponses qui seront obtenues, on pourra définir l’approche à suivre.

Le Maroc a déjà pris les dispositions nécessaires pour réduire le risque d’importer ce nouveau variant dans notre pays. Ces mesures sont nécessaires mais pas suffisantes face à un variant qui est plus transmissible malheureusement et qui pourrait toucher toute la planète, pour retarder son entrée en attendant d’y voir plus clair. Le seul moyen d’éviter des complications avec ce variant ou d’autres, c’est de respecter les mesures barrières, y compris pour les personnes vaccinées, pour éviter la circulation du virus qui entraîne ce genre de mutations.

Il faut vacciner le plus largement possible pour maintenir la riposte contre cette pandémie. Ce variant peut être détecté à tout moment dans le Royaume, et risque de se propager très vite s’il trouve un environnement propice où il pourra se développer, favorisé par le relâchement total et le non-respect des mesures barrières. Nous appelons donc la population à plus de vigilance et au respect des mesures barrières.