le taux de scolarisation au préscolaire a atteint 76% contre 58% en 2018

Trois enfants sur quatre sont inscrits à la maternelle


L’État s’emploie à généraliser l’enseignement préscolaire à travers un ensemble de mécanismes, dont une planification serrée à travers une carte scolaire pluriannuelle.

Le ministre de l’Éducation nationale et de l’Éducation préscolaire et des Sports, Chakib Benmoussa a indiqué, mardi 16 mai 2023, à la Chambre des conseillers que le taux de scolarisation dans l’enseignement primaire durant la saison scolaire en cours atteignait 76%, alors que ce pourcentage ne dépassait pas 18% avec le lancement du Programme national pour la saison de l’universalisation de l’enseignement primaire (2018-2019).

Il n’a pas manqué de souligner, d’ailleurs, que cette éducation « est l’une des priorités nationales, et c’est l’une des voies fondatrices pour le développement mental et cognitif de nos enfants, et l’un des facteurs qui aident à faciliter l’intégration sociale ». Répondant aux questions orales dans le cadre de l’unité thématique sur l’enseignement préscolaire à la chambre des conseillers, Chakib Benmoussa a indiqué que la stratégie du ministère dans le domaine de l’enseignement préscolaire se reflétait dans ses indicateurs, qui ont connu un grand développement, indiquant que le nombre total d’élèves dans les différents types d’enseignement préscolaire au niveau du Royaume a vu une augmentation significative au cours de la saison scolaire.

Actuellement, un total de 931 000 élèves garçons et filles (les filles représentent environ 49,5) ont été dénombrés, par rapport à la saison scolaire précédente. Il a ajouté que le nombre d’élèves de sexe masculin et féminin dans l’enseignement public, qui est géré par des partenaires, est passé à 571 000 au cours de la saison scolaire actuelle, soit une augmentation de 11 % par rapport à la saison scolaire précédente. D’autre part, le ministre a noté que l’enseignement préscolaire non structuré a connu une baisse notable d’environ 19%, en raison de l’amélioration de l’offre publique, alors que le nombre d’élèves est passé à 137 000 au cours de la saison scolaire 2022/2023.

Carte scolaire pluriannuelle
Selon les données fournies par le ministre, l’enseignement préscolaire privé a enregistré une baisse de 3%, le nombre d’élèves étant passé à 222 000 au cours de la saison scolaire en cours. En ce qui concerne les efforts de généralisation de l’enseignement préscolaire, M. Benmoussa a affirmé que l’État s’emploie à généraliser ce schéma à travers un ensemble de mécanismes, dont une planification serrée à travers une carte scolaire pluriannuelle, qui permet d’élargir l’offre éducative pour l’enseignement préscolaire, et de déterminer les fonds financiers qui doivent être fournis pour couvrir les dépenses de gestion et de fonctionnement des départements de l’enseignement primaire.

Ainsi que l’implication des parents et tuteurs. S’agissant les fonds alloués pour la généralisation et le développement de l’enseignement préscolaire, le ministre a indiqué que des fonds financiers ont été alloués pour construire, réhabiliter et équiper de nouvelles salles avec un cahier des charges respectant les spécificités de ce type d’enseignement, comme le nombre de sections supplémentaires atteint 4 374 pour la saison scolaire en cours, dont 2 038 classes supplémentaires complétées dans le cadre de l’initiative. Il a expliqué que le nombre de départements de l’enseignement primaire public, y compris ceux achevés dans le cadre de l’Initiative nationale pour le développement humain, s’élevait à un total de 30 000 départements, contre 6 750 départements pour l’année scolaire 2018-2019, soit une augmentation de 311.

Articles similaires