Chronique d’Elmahdi Benabdeljalil : Maintenir l’élan solidaire


C’était assez étrange de pouvoir prendre ce recul en distance et en émotions pour analyser un peu ce qui se passe depuis six semaines et depuis six mois.

J’écris cette chronique depuis Tanger, hôtel Marco Polo, dans lequel j’ai passé une nuit après un séjour de trois nuits dans le gîte Boujmil Hamlet, situé au douar Boujmil, commune Allyene, préfecture de M’diq-Fnideq. J’ai passé une partie de la semaine dans le Nord pour me permettre de prendre un peu de recul et de m’occuper aussi du projet pilote d’accompagnement au développement de villages que nous allons déployer à partir du mois de décembre incha Allah.

La première rencontre avec Mohamed Chaairi, propriétaire du gîte Boujmil Hamlet et ancien colonel de l’armée de l’air, m’avait donné envie d’intégrer le territoire de M’diq-Fnideq dans notre approche, et c’est chose faite depuis quelques jours, après une très bonne réunion avec le secrétaire général de la préfecture, M. Abderrazzak El Gourji, et un échange terrain opérationnel avec le responsable de la division des actions sociales.
C’était assez étrange de pouvoir prendre ce recul en distance et en émotions pour analyser un peu ce qui se passe depuis six semaines et depuis six mois. Pouvoir enfin mettre de la hauteur et fédérer de nouvelles personnes dans le projet est salvateur. Notre équipe s’étoffe, avec de très bons et beaux profils qui nous permettent aujourd’hui de pouvoir approcher ce projet avec efficience et encore plus de professionnalisme.

Quelques réunions en visio, avec une équipe de jeunes étudiants d’une école d’ingénieur en France, et un partenaire avec lequel nous allons initier des actions sur les projets nord et sud.

J’ai pu aussi faire de belles rencontres dans le gîte, de clients venus se reposer, et prendre de la hauteur en observant la vue magnifique qui se profile à l’horizon.
De retour sur Tanger mardi, quelques réunions, puis une nouvelle difficile qui me tombe dessus, et qui me fait écrire ce texte qui suit ce jeudi matin.
Depuis hier soir j’ai le cœur qui saigne et les larmes qui coulent de mes yeux.
Quinze familles, parmi les 50.000 qui ont souffert de ce tragique tremblement de terre et perdu leur habitation subissent la terrible et belle nature: le froid glacial et la pluie salvatrice.


Parmi ces familles, un jeune homme, Mohamed, 18 ans, qui a perdu toute sa famille le 8 septembre, et qui se sent seul et désemparé.
Depuis hier soir, j’ai le cœur qui saigne et les yeux qui pleurent sans arrêt.
Je ne sais pas encore quoi faire, comment le faire, avec qui nous allons pouvoir le faire, mais j’ai fait une prière. J’ai demandé à Allah de m’aider à répondre à Son appel, à l’appel de réconforter Mohamed, et lui faire entendre dans son cœur: «Ne sois pas triste, Allah est avec nous».

Mon cher Najib Bachiri, président de l’Association Homme et environnement à Berkane, toi mon ami et frère que j’aime et admire pour ton engagement et pour ta persévérance dans la région de l’Oriental, je te remercie de m’avoir permis d’entrer en contact avec ton amie Rhonda, qui a été contactée par Mohamed, et qui a aussi pleuré d’être à des milliers de kilomètres, d’avoir fait un premier geste financier pour Mohamed et d’avoir comme réconfort son amour pour Allah et sa confiance inébranlable en Lui.

Elhamdoulillah, nous y arriverons, ensemble.

Je lance un appel à toutes les belles âmes qui aimeront aider Mohamed, je me porte garant et caution pour lui faire parvenir votre aide et votre réconfort, avec notre association Amal Biladi qui va tenter de financer quinze habitations temporaires (150.000 dirhams) et apporter vêtements neufs, couvertures, sacs de couchage (que nous avons déjà grâce aux dons que nous avons reçus de nos amis de l’Association caritative Hammadi Nord de Toulouse) et un peu d’argent pour Mohamed et les 15 familles.

Après avoir obtenu l’accord pour rentrer au matériel les dons de l’association de nos amis  marocains de Toulouse, l’accord de la délégation provinciale de Taroudant pour faire une première action de soutien psychologique avec l’équipe formée à la technique HRE (Healing, Resilience and Empowerment) par l’Association Art de vivre, nous avons obtenu cette semaine de la direction des associations du secrétariat général du gouvernement l’autorisation de faire un appel à la générosité publique pendant une durée d’une année.

Nous nous sommes donc “réunis” avec mon équipe et avons décidé de lancer plus tôt que prévu notre campagne d’appel aux dons, pour financer l’acquisition de plusieurs habitations temporaires “nouala” et LT1, dans l’objectif de sécuriser 300 familles pour l’hiver. D’autres actions sont prévues, puisque notre cheminement pour pouvoir participer à la reconstruction d’un village pour y initier un projet d’accompagnement au développement est notre leitmotiv depuis le 10 septembre 2023.

Articles similaires