Stationnement à Casablanca : La croix et la bannière


La galère des automobilistes en quête d’une place pour se garer à Casablanca n’est pas prête d’en finir. Dans les quartiers mouvementés comme Derb Omar ou Maârif, les mêmes clichés reviennent chaque jour. Pire, même à Casa Finance City, zone de business qui se veut être le nouveau visage de la ville, des centaines de véhicules stationnent le long de l’avenue desservie par la ligne du tramway, au moment même où des centaines d’autres cherchent désespérément une place libre. Rien n’a été prévu dans le cadre du plan d’aménagement actuel.


Tous les élus qui se sont succédés à la gestion de la ville ne cessaient de répéter qu’ils ont conscience de ce problème et qu’ils ont dans le pipe des solutions. Des promesses qui se sont révélées être des paroles en l’air. L’actuel bureau de la mairie, présidée par Nabila Rmili, dit vouloir mettre fin à la souffrance des Casablancais et des milliers de visiteurs de la capitale économique. Il examine actuellement le lancement des chantiers de quatre nouveaux parkings souterrains dans la métropole. Capacité globale: 2.000 places, ce qui revient à la possibilité d’augmenter de 20% la capacité des parkings déjà existants à Casa.

Ces quatre nouveaux parkings seront construits à Derb Omar, aux alentours de l’ancienne médina, à Sidi Maârouf et dans le quartier du Maârif. Le projet mobilisera 80 millions de dirhams (MDH), dont les trois tiers seront assurés par le conseil de la ville. A charge pour la société de développement local (SDL) Casa Aménagement de débloquer le reste. Ces quatre parkings en projet devraient être livrés en 2025. Ces parkings permettront-ils de résoudre le problème de stationnement à Casablanca? On en doute fort. Par ailleurs, le conseil de la ville lancera bientôt une campagne contre les “gilets jaunes”, ces gardiens de voitures qui imposent des tarifs exorbitants, suscitant ainsi la colère des automobilistes.

Lire aussi

Articles similaires