CGAM Hssabe 970X250

LE PROGRAMME "START-UP D'ETAT" SOUTIENT DEUX PROJETS INNOVANTS

SERVICES PUBLICS

La finale de «Start-up d’État», programme innovant lancé par l’Agence de développement du digital (ADD) et l’Agence française de développement (AFD), a permis, jeudi 17 décembre 2020, de désigner deux lauréats qui bénéficieront en 2021 d’un accompagnement personnalisé pour promouvoir un service public innovant.

Il s’agit de Yassine Moumad, du ministère de la Culture, de la jeunesse et des sports pour son projet «Développer la production de contenus audio-visuels destinés aux réseaux sociaux à travers la transformation des Maisons des jeunes», et de Salima Hda, de Bank Al-Maghrib pour son projet «Accélérer l’éducation financière au Maroc ». Ces deux lauréats seront accompagnés tout au long de l’année 2021 par une équipe constituée d’experts de l’innovation dans les services publics pour créer ou améliorer, dans un délai court, un service public.

Inspiré de la méthode utilisée au sein de l’incubateur public français Beta.gouv. fr, ce programme de conception agile de services publics numériques a connu la participation de 180 candidats à un appel à projets intrapreneuriaux lancé au sein de 8 administrations et entreprises publiques marocaines. Le programme vise à conduire une expérimentation complète de mise en oeuvre d’un dispositif de Start-up d’État au sein de l’administration marocaine et à permettre à l’ADD et aux administrations partenaires d’appréhender cette méthode par la pratique.

«Nous vivons une accélération de la digitalisation de nos économies, qui constitue une opportunité supplémentaire d’approfondir et de stimuler notre coopération bilatérale. En ce sens, le numérique sera l’un des 4 axes prioritaires de notre nouveau pacte économique franco-marocain», déclare Hélène Le Gal, ambassadrice de France au Maroc.

Pour sa part, Mihoub Mezouaghi, directeur de l’AFD au Maroc, estime que «ce programme répond principalement à deux enjeux majeurs dans un contexte post-Covid: d’abord celui de promouvoir davantage le levier numérique au service d’une amélioration du service public et celui de révéler le potentiel d’initiatives et d’innovation des administrations et des opérateurs publics ».