Deuxième vague de soutien financier aux travailleurs dans le secteur informel

Plus de 4,3 millions de familles marocaines concernées

Le gouvernement promet de rectifier le tir pendant la seconde vague de soutien financier. Une enveloppe de 4,2 milliards de dirhams est consacrée à cette opération d’envergure.

Mieux vaut tard que jamais. La deuxième vague de l’aide aux travailleurs dans le secteur informel sera lancée à partir de jeudi 14 mai 2020. Une date tant attendue par les familles marocaines en situation précaire dont les revenus se sont effondrés pendant ces temps difficiles de la crise du Covid-19 qui coïncide, en plus, avec le mois sacré de Ramadan, considéré comme une période de forte consommation.

L’opération touche à la fois les personnes portant la carte Ramed et celles qui ne l’ont pas. La particularité de cette deuxième vague de soutien financier, contrairement à la première, est qu’elle va toucher les zones rurales les plus enclavées pour atteindre ainsi le maximum de Marocains en situation de difficultés économiques et sociales. Une enveloppe de 4,2 milliards de dirhams est consacrée à cette opération d’envergure. Des aides allant de 800 à 1.200 dirhams sont prévues pour les familles selon le nombre des personnes à charge.

Mais les sommes sont jugées faibles, voire dérisoires, vu l’augmentation des besoins exprimés pendant le mois de Ramadan à quelques jours de l’Aïd. Autre critique adressée à cette opération: plusieurs familles marocaines qui sont dans le besoin, ayant perdu la totalité de leurs revenus, n’ont pas reçu d’aide pendant la première vague. Selon les chiffres officiels, 3,9 millions de ménages sur 4,3 millions ont reçu cette aide. Autrement dit, plus de 400.000 ménages ont été ainsi privés de l’aide de l’Etat. Mais le gouvernement marocain promet de rectifier le tir pendant la seconde vague de soutien financier.

Une organisation critiquée
Cette deuxième opération se basera, selon le dispositif mis en place par le ministère de l’intérieur, sur les déclarations déjà enregistrées et tiendra compte des contrôles effectuées par l’administration. Quant à la procédure de retrait des aides, elle sera identique à celle de la précédente opération et s’appuie notamment, sur des messages SMS envoyés sur les téléphones portables des chefs de ménages concernés.

Malgré le caractère social de cette opération, beaucoup critiquent son organisation. Des files d’attente à n’en pas finir et des bousculades s’improvisent devant les guichets automatiques réservés à cette opération. Ce qui constitue un non-respect flagrant des mesures de distanciation sociale exigées par la crise du Covid-19. Ainsi, pour éviter l’encombrement au niveau des points de retrait, l’envoi des messages sera étalé sur plusieurs jours. Il faut rappeler que la première opération, organisée en avril dernier, a touché 2,3 millions de ménages marocains, portant la carte Ramed et 1,6 million de ménages qui n’ont pas cette carte.

Le ministre de l’Economie et des finances, Mohamed Benchaâboun, avait rappelé lors de son intervention, le 27 avril dernier, devant la Chambre des représentants, pour présenter le bilan des dépenses du Fonds spécial Covid-19, que cette opération s’est appuyée sur des programmes informatiques développés en un temps record tout en faisant du téléphone portable le moyen de communication avec les chefs de ménages.


Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger