UN SOUTIEN QUI S’EST FAIT ATTENDRE

DEUX CONTRATS-PROGRAMMES POUR L’ÉVÉNEMENTIEL

Tout doit être fait pour s’assurer de la mise en oeuvre effective de toute une panoplie de mesures de soutien économique et financier et d’autres mesures transverses.

Après une crise qui n’a que trop duré, les promoteurs immobiliers ainsi que les professionnels de l’événementiel, les traiteurs et autres responsables des parcs d’attractions et de jeux respirent enfin. Le soutien qu’ils viennent d’avoir de la part du Comité de Veille Economique (CVE), bien que tardif, n’en constitue pas moins une bouée de sauvetage pour les aider à faire face au besoin de financement et à supporter une partie des charges.

Ainsi, tout en offrant des garanties de crédits de moyen et long termes (chaque produit Damane Relance Promotion Immobilière est plafonné à 50 millions de dirhams par projet, ouvert aussi bien aux projets ayant déjà bénéficié d’un crédit de promotion immobilière qu’à ceux ayant fait appel uniquement à de l’autofinancement) destinés à couvrir les besoins de financement pour l’achèvement des projets immobiliers, le CVE, au cours de sa dixième réunion tenue le lundi 5 octobre 2020, n’en n’a pas moins fait bénéficier le secteur de l’évènementiel et des traiteurs ainsi que celui des parcs d’attractions et de jeux de deux contrat-programmes dédiés pour la relance de leurs activités.

Préserver l’emploi
Le premier concerne aussi bien les traiteurs, les loueurs d’équipements techniques liés à l’événementiel (son, lumière, vidéo, etc.), que les loueurs de mobilier dédié à l’événementiel et les prestataires de services pour l’événementiel, en passant par les loueurs d’espaces dédiés à l’événementiel (salles, chapiteaux, etc.).

Ce contrat-programme est signé, du côté de l’Etat, par les ministères de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, celui de l’Industrie, du Commerce, de l’Economie Verte et Numérique et celui du Travail et de l’Insertion Professionnelle. Le secteur privé est représenté par la CGEM, le GPBM et la Fédération des Chambres Marocaines de Commerce, d’Industrie et de Services.

Quant au deuxième contrat-programme, il concerne aussi bien les entreprises opérant dans les espaces couverts de jeux (Patinoires, espaces de jeux pour enfants, salles de jeux vidéo), que les parcs animaliers et zoologiques en passant par les entreprises actives dans les espaces de jeux à l’air libre (Espace de Skate-park, Karting, mini-golf, tir à l’arc, manèges et parcs aquatique, les espaces et circuits d’accro-branche).

Les parties signataires de ce contrat-programme représentant l’Etat sont: le ministère de l’Intérieur, celui de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration; celui de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts; celui de l’Industrie, du Commerce, de l’Economie Verte et Numérique ainsi que celui du Travail et de l’Insertion Professionnelle. Le secteur privé, quant à lui, est représenté par la CGEM et le GPBM. Enfin, le pilotage de ces contrats-programmes est assuré par un comité de suivi réunissant l’Etat et le secteur privé. Des réunions périodiques sur un intervalle de deux mois ont été décidées pour s’assurer de la mise en oeuvre effective des mesures convenues et apprécier leur contribution à l’atteinte des résultats escomptés.


X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger