Soutien de la BID pour le Gazoduc Maroc-Nigeria

une enveloppe de 29,75 millions de dollars

Ce soutien fait partie du financement de 1,6 milliard de dollars approuvé par l’institution financière lors de la réunion de son Conseil d’administration, et qui comprend 24 nouveaux projets de développement dans 19 Etats membres.

La Banque islamique de développement (BID) a approuvé le financement d’un projet d’étude de la deuxième phase de l’avant-projet technique du gazoduc Maroc-Nigeria, avec une enveloppe budgétaire de 29,75 millions de dollars. Le projet permettra aux Etats d’Afrique de l’Ouest de «remplacer la coûteuse production d’électricité au fioul par une production d’électricité renouvelable et une production d’électricité au gaz», indique la BID dans un communiqué.

Ce soutien fait partie du financement de 1,6 milliard de dollars approuvé par l’institution financière, et qui comprend 24 nouveaux projets de développement dans 19 Etats membres, en Afrique, en Asie et en Europe, ajoute le communiqué publié sur son site officiel. Les projets approuvés couvrent un large éventail de secteurs de développement, notamment la construction de routes et le transport à grande vitesse, les énergies renouvelables, les secteurs de la volaille, de la pêche, de l’irrigation et de l’agriculture et l’alimentation des enfants, ainsi que l’enseignement universitaire et technique et la formation professionnelle .

Ces projets ont été approuvés lors de la réunion du Conseil d’administration de la banque tenue à Djeddah, en Arabie Saoudite. A cette occasion, Muhammad Al-Jasser, président de la BID et président du Conseil de la Banque, a réitéré l’engagement de la BID et son soutien continu aux pays membres pour relever leurs défis de développement et remettre leurs économies sur les rails.

Mobiliser de nouvelles ressources
Il a noté qu’en agissant ainsi, le groupe de la BID continue de coopérer avec ses partenaires de développement mondiaux, y compris la communauté des banques multilatérales de développement et le Fonds international de développement agricole (FIDA), entre autres, pour mobiliser de nouvelles ressources. Les membres du Conseil ont, par ailleurs, examiné plusieurs autres rapports et approuvé aussi la date et le lieu des Assemblées annuelles 2022 du Groupe de la Banque islamique de développement qui seront accueillies par l’Égypte à Charm el-Cheikh, en juin prochain.

Les projets approuvés par le Conseil comprenaient notamment celui de la deuxième phase du Train Express Régional (TER) au Sénégal pour 100 millions d’euros, la construction de la route Labé-Mali (Guinée Conakry) pour 159,56 millions d’euros et le développement des périmètres d’irrigation dans les régions d’Unyama, Namulu et Sipi en Ouganda (86,5 millions de dollars américains).