LES SOUKS TRADITIONNELS MOINS FRÉQUENTÉS

LES MAROCAINS CHANGENT LEURS HABITUDES

Les acheteurs marocains s’éloignent lentement des souks traditionnels en plein air et des épiceries de quartier au profit des supermarchés modernes, a révélé une enquête récente.

Le groupe marocain Sunergia a publié, mi-septembre 2020, une étude détaillant l’évolution de la consommation des Marocains. Selon les résultats de cette étude, 33% des Marocains font leurs achats dans les marchés et supermarchés de taille moyenne au moins une fois par semaine.

Ce chiffre représente une augmentation de 13 points par rapport aux données 2018 du Groupe, alors que seulement 20% des personnes interrogées déclaraient faire leurs achats dans des supermarchés modernes. A Casablanca, où le pouvoir d’achat est plus élevé, 43% des personnes interrogées déclarent visiter les supermarchés au moins une fois par semaine. Le rapport ajoute que 21% font leurs achats dans les supermarchés une fois par mois, 21% visitent deux fois par mois et 25% visitent rarement ou jamais. Selon le groupe Sunergia, ce dernier segment est principalement constitué des acheteurs à faible revenu. Sans surprise, les achats des supermarchés sont directement liés au pouvoir d’achat. Plus de la moitié (53%) des acheteurs de supermarchés marocains gagnent au moins 20.000 dirhams par mois, contre 27% qui gagnent moins de 6.000 dirhams. La majorité des répondants à l’enquête qui fréquentent les supermarchés «font partie d’une catégorie socioprofessionnelle aisée (classe moyenne et plus) résidant en milieu urbain», rapporte Sunergia.

Pouvoir d’achat
Les répondants qui ne fréquentent pas les supermarchés ont tendance à avoir des revenus modestes et à vivre dans les zones rurales. Cette catégorie préfère les avenues commerçantes traditionnelles telles que les souks. Sur les marchés en plein air, les acheteurs ne paient pas pour des marques renommées ou des emballages excessifs. Marjane reste le supermarché préféré du Maroc, conformément aux conclusions de Sunergia en 2018. Quarante-cinq pour cent des répondants ont déclaré faire la plupart de leurs achats en supermarché à Marjane, suivi de BIM (24%), Carrefour (14%), Aswak Assalam (8%), Carrefour Market (4%), Marjane Market (ex Acima, 3%) et Atacadao (2%). En 2018, 36% ont préféré Marjane, suivi de Carrefour (8%), BIM (7%), Aswak Assalam (5%), Acima (4%), Carrefour Market (3%) et Atacadao (1%).

Tradition dominante
Si certains Marocains commencent à privilégier les supermarchés, la tradition prévaut toujours: 40% font la majorité de leurs achats dans les souks ou les épiceries de quartier, contre 30% qui fréquentent les supermarchés. Les répondants des groupes traditionnels visitent rarement les supermarchés, une fois tous les quatre mois ou même moins. Ce groupe préfère faire ses courses dans les souks et les épiceries de quartier. Selon Sunergia, les jeunes femmes célibataires sont bien représentées dans ce groupe. Les amateurs de supermarchés préfèrent Marjane et Carrefour et ont tendance à vivre à Casablanca. Sunergia dit que ce groupe comprend les personnes mariées âgées de 45 ans et plus.

Un troisième groupe, 29% des répondants, déclare visiter occasionnellement des supermarchés, préférant le BIM aux grandes chaînes. Les hommes mariés âgés de 35 ans et plus sont courants dans ce segment des répondants. Ce groupe représente ce groupe démographique dans tout le pays. Les épiceries de quartier sont les plus populaires parmi les répondants à la recherche d’eau, de boissons, de produits laitiers et de produits de nettoyage. Les souks sont les endroits les plus populaires pour acheter des produits, de la viande et du poisson. Seuls 11% des répondants ont déclaré acheter des produits et de la viande dans les supermarchés.

Bien que de plus en plus d’acheteurs marocains fréquentent les supermarchés, les souks et les épiceries de quartier ne se démoderont probablement jamais.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger