Sortie du livre de Ouadih Dada



Et oui, c’est vrai, « Imaginez si c’était vrai » de Ouadih Dada, bientôt disponible ! 

Double casquette pour Ouadih Dada, journaliste présentateur JT. Il sort son recueil de chroniques « Imaginez si c’était vrai » bientôt chez les éditions Approches.  La version audio est aussi attendue.

Interview. 

Ouadih Dada, votre recueil de chroniques sortira bientôt !

Ouadih Dada : c’est un recueil de 52 chroniques. Elles peuvent accompagner les lecteurs toute l'année, à raison d'une par semaine. Ces chroniques sont nées de mes contributions à la matinale de Radio 2M. À l'époque la chaîne voulait mettre à l’antenne des noms connus à la télé.

C'était pour moi l'occasion de sortir du cadre du présentateur JT et faire quelque chose d’un peu plus freestyle. Le but, c’était de casser à la fois l’image de l’homme tronc, et aussi de montrer ce que je sais faire dans le domaine en tant que journaliste. La présentation du journal TV a ses codes et il est difficile de s’en écarter à part pour des sujets dits « légers ». Les gens me voient à l’antenne assez strict, ils pensent que je suis austère, peut-être parce qu’aux infos, il est question de morts en Irak, de politique publique, et parce que les invités sont des experts ou des opérateurs économiques. Le public ne connait pas forcément cet autre aspect de ma personnalité. Donc, c’était aussi une manière de dire, il n’y a pas que ça.

Comment ce projet est venu à jour ? 

Donc tous les vendredis, je me suis retrouvé à m’amuser avec les mots pour parler d’une actualité qui m’a interpellé, soit un sujet qui a été choisi par Fathia El Aouni, rédactrice en chef à Radio 2M. Et à ma grande surprise, ces chroniques ont eu un double impact. D’abord, j’ai atteint mon objectif initial qui était de montrer une autre facette à la fois de ma personnalité et de mes compétences journalistiques. Ensuite,  j’ai eu beaucoup de témoignages sur le style que j’employais, le rythme, les jeux de mots, l’intonation, le débit. Ça a rencontré son public et suscité l'adhésion. De là est née l’idée de faire un recueil et de les écrire. J’ai lancé le processus une première fois, et je l’ai mis entre parenthèses. Puis ceux qui m'ont encouragé sont revenus à la charge. Pendant ce temps, sur twitter notamment,  les internautes m’ont comparé au comédien belge Stéphane De Groodt.  Il avait une chronique sur Canal +. C’est beaucoup d’honneur. Car il a énormément de talent dans le maniement des mots et des situations surréalistes.

Comment s’est déroulé le passage de la radio à l’édition ?

Comme ce sont des chroniques qui sont assez circonstanciées, il fallait qu’elles aient une vie même après l’événement auquel elles étaient liées. Celles que j’ai sélectionnées, avaient un aspect intemporel, de par l’approche que j’ai eu de cette actualité-là, ou parce que le sujet dure dans le temps, ou qu'il s'agit d'un marronnier, comme les changements d’horaire, le ramadan, ou le 1er Mai.

Par ailleurs, en termes d’écriture et de réécriture, ça a été un énorme travail pour leur donner de l'éclat et un caractère inédit. Toutes les chroniques ont été revisitées. Ce qui leur a donné une autre dimension, de ce que c’était à la radio. Autant au début, c’était une souffrance énorme, avec la douleur de la page blanche. Mais aujourd'hui la mécanique, est devenue beaucoup plus huilée. Ce qui m'encourage désormais à publier à l'avenir un nouveau recueil à chaque début d'année. Et quoi qu'il en soit mes chroniques commenceront toutes par « Imaginez ... et se terminent par Et si c’était vrai ».

Articles similaires