Société: La corruption au Maroc a atteint des niveaux critiques


Le rapport annuel 2022 de l'Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption (INPPLC) du Maroc révèle des statistiques troublantes et met en évidence une crise croissante de la corruption. De manière frappante, le Maroc a chuté de 21 places et perdu 5 points dans l'Indice de perception de la corruption (IPC) au cours des quatre dernières années, un indicateur alarmant de la détérioration de la situation.

L'étude, qui a sondé environ 5.000 citoyens marocains et 1.000 Marocains résidant à l'étranger (MRE), ainsi que 1.100 entreprises, montre un sentiment de défiance et d'impuissance face à la corruption. Un fait particulièrement inquiétant est que seuls 4 à 6% des personnes interrogées ont déclaré avoir dénoncé des cas de corruption, reflétant une profonde méfiance envers les mécanismes de lutte contre la corruption et une crainte de représailles.


Le rapport souligne également que la corruption infiltre de nombreux secteurs vitaux, notamment la santé, la politique, le gouvernement, le parlement et les syndicats. Des activités essentielles telles que le recrutement, les nominations dans le secteur public et la distribution des aides sociales sont également gravement affectées. Cette situation expose non seulement les failles systémiques, mais aussi un manque criant de responsabilité et de transparence dans des domaines cruciaux pour le bien-être et la stabilité du pays.

 

Articles similaires