Sexe contre bonnes notes : Un doyen de la faculté de Settat démissionne

Nouveau rebondissement dans le scandale “sexe contre bonnes notes” qui agite l’Université Hassan Ier de Settat depuis septembre 2021. Le doyen de la faculté des sciences juridiques et politiques aurait présenté sa démission fin novembre, sans attendre le verdict de la justice, alors que cinq enseignants de son établissement ont été présentés, mercredi 1er décembre, devant le procureur général de la Cour d’appel de Setteat.

Outre la procédure judiciaire, le ministère de l’Enseignement supérieur a dépêché une commission d’inspection à la faculté, où elle aurait détecté des «anomalies» dans la gestion de la faculté, en plus du scandale lié à l’octroi de bonnes notes contre des faveurs à caractère sexuel.

L’affaire avait éclaté lorsque des étudiantes ont révélé des captures d’écran de conversations WhatsApp à caractère sexuel échangées avec l’un des enseignants en question. Celui-ci leur «aurait demandé des relations sexuelles contre des bonnes notes».

La Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) a interrogé quatre enseignants dans le cadre de son enquête, qui s’est soldée par la présentation des enseignants devant le Parquet.

De son côté, le ministère de l’Enseignement supérieur a dépêché, mi-septembre 2021, une commission d’inspection à la faculté de droit de l’Université Hassan 1er de Settat, afin d’auditionner trois des enseignants concernés. Des sanctions disciplinaires auraient été adoptées contre eux.