Service militaire: L'opération de recensement se poursuivra jusqu'au 10 février 2022

Les appelés au service militaire bénéficieront d’une solde mensuelle non imposable, allant de 1.050 dirhams pour les soldats, 1.500 dirhams pour les sous-officiers à 2.100 dirhams pour les officiers.

L’opération de recensement du service militaire au titre de l’année 2022 a été lancée lundi 13 décembre 2021, au profit des jeunes âgés entre 19 et 25 ans à la date du 16 mai 2022 et qui remplissent les conditions légales requises pour l’exercice du service. Cette opération se poursuivra jusqu’au 10 février 2022.

L’opération de sélection de la première promotion des conscrits, dans le cadre de la reprise du service militaire au Royaume, a connu une forte participation de la jeunesse marocaine. Sur les 80.000 conscrits recensés au cours des phases préliminaires, 70.701 volontaires, dont 24.000 filles, ont adressé leurs demandes, ce qui a incité à augmenter le nombre du premier contingent de 10.000 à 15.000 personnes.

Pour les membres du premier contingent, composé de 15.362 jeunes hommes et femmes, le service militaire a été une étape décisive de leur vie, qui a permis de renforcer leur confiance en soi, leur a ouvert de nouveaux horizons et a consolidé leur attachement à l’identité et aux constantes de la Nation. Dans ce cadre, les Forces Armées Royales ont démontré une gestion et un encadrement exemplaires dans toutes les étapes concernant le suivi de l’opération d’intégration des appelés, hommes et femmes.

Une étape décisive de la vie
Les appelés au service militaire bénéficieront de plusieurs privilèges, dont une solde mensuelle, non imposable, allant de 1.050 dirhams pour les soldats, 1.500 dirhams pour les sous-officiers à 2.100 dirhams pour les officiers, sachant qu’une prime de 300 dirhams est accordée aux conscrits affectés dans les provinces du Sud.

Ils bénéficieront également de soins dans les institutions hospitalières militaires et d’une assistance médico-sociale, une couverture maladie, une assurance décès et invalidité, alors que l’État prend en charge aussi bien sa part des cotisations ou des contributions dues que celles des recrues. Il prendra également en charge les indemnités de départ en cas de maladie contractée ou d’aggravation de la maladie au cours du service militaire.

Articles similaires