Sénégal: Macky Sall renonce à un troisième mandat


Sa candidature était redoutée par l'opposition qui la jugeait non constitutionnelle. Le lundi 3 juillet 2023, le président sénégalais a mis fin à un long suspens, ce qui pourrait détendre le climat politique du pays.

Lors d'un discours à la nation Macky Sall, président du Sénégal, a déclaré qu'il ne solliciterait pas de troisième mandat en 2024. « Mes chers compatriotes, ma décision longuement et mûrement réfléchie est de ne pas être candidat à la prochaine élection du 25 février 2024 », a-t-il annoncé.

Elu en 2012, réélu en 2019 , Macky Sall a fait réviser la Constitution en 2016. Elle stipule que «nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs». Ses opposants estimaient donc qu'il achevait ses deux mandats légaux. Mais ses partisans le présentaient comme leur candidat en 2024, arguant que la révision avait remis les compteurs à zéro. Pour Macky Sall, le débat sur le plan juridique était tranché en sa faveur. Il a finalement pris la décision politique de ne pas se représenter.


Depuis plusieurs semaines, le climat est explosif au Sénégal. Le 1er juin, l'opposant Ousmane Sonko a été condamné à deux ans de prison ferme dans une affaire de moeurs. Sa condamnation le rend, en l'état actuel, inéligible. Elle a engendré, début juin, les troubles les plus graves que le pays ait connus depuis des années, provoquant au moins 16 décès.

Ousmane Sonko, qui jouit d'une grande popularité auprès de la jeunesse, n'a cessé de crier au complot du pouvoir pour l'écarter de l'élection présidentielle de 2024. Il est bloqué par les forces de sécurité chez lui, à Dakar, depuis le 28 mai.

Dans une vidéo dimanche soir sur les réseaux sociaux, l'opposant a appelé les Sénégalais à manifester «massivement» dans les prochains jours. Quand bien même le président décidait de ne pas se représenter, Ousmane Sonko estimait que c'était pour mieux l'éliminer.

 

Articles similaires