Sénégal : La Fondation OCP soutient la préservation du plus grand parc national


La Fondation OCP a noué partenariat avec le Ministère de l’Environnement, du Développement Durable et de la Transition Ecologique du Sénégal pour réduire la pression subi par le Parc National du Niokolo Koba et par ses ressources.  Plus grand parc du pays, il est situé dans la région de Tambacounda au Sud-est, à 650 km de Dakar. C’est ce qu’elle a annoncé dans un communiqué publié ce lundi 28 novembre 2022. D’après la Fondation, ce projet qui a démarré depuis pour une durée de trois ans, vise à appuyer la Direction des Parcs Nationaux (DPN) sur le contrôle de la qualité des eaux du parc à travers l’octroi de matériels et le renforcement de capacités des cadres et agents. Il prévoit également l’autonomisation des populations riveraines à travers la création d’activités génératrices de revenus pour les femmes, ainsi que  la sensibilisation des communautés, en particulier les jeunes, sur la préservation de l’environnement. « Réservoir de la biodiversité faunique et floristique, le Parc du Niokolo Koba est soumis, de la part des populations des 17 communes qui l’entourent, à de fortes contraintes aux effets dévastateurs sur ses ressources naturelles et notamment sur l’eau, justifiant ainsi son intégration depuis 2007 dans la liste rouge des sites en péril de l’UNESCO », explique-t-elle.

La première phase de ce programme a été marquée par un cycle de formation sur le contrôle de la qualité de l’eau dispensé par l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P). Des sessions de renforcement de capacités qui ont bénéficié à 24 cadres et agents du ministère de l’Environnement. La Fondation indique aussi avoir mis à la disposition de la DPN un dispositif d’analyses de la qualité de l’eau composé d’un laboratoire mobile, de 2 pickups et 6 motos, et équipé de kits d’analyses pour la surveillance de la qualité des eaux souterraines et de surface.  Toujours selon elle, ce  partenariat a également permis de mettre  en œuvre un projet agro-écologique basé sur une gestion efficiente des ressources naturelles et permettant aux communautés riveraines d’accéder à de nouvelles sources de revenu, réduisant progressivement la pression sur les ressources du parc. « En utilisant l’énergie propre pour le pompage et l’utilisation raisonnée de l’eau, les coopératives de femmes bénéficiaires du projet sont en mesure d’augmenter durablement les rendements agricoles et d’assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle de leurs foyers », précise-t-elle. La Fondation annonce, comme dernier volet de ce programme, l’organisation d’une « Caravane des Ambassadeurs » qui sillonnera les 17 communes riveraines du parc pour la sensibilisation des populations locales quant aux problématiques liées à l’environnement.

Articles similaires