Sénégal : Une énième dérive d'un diplomate palestinien qui critique la normalisation des relations entre le Maroc et Israël

Une circulaire du ministère des Affaires étrangères palestinien, en date du 23 mai 2022, remet les pendules à l’heure et recadre les ambassadeurs de l’Etat de Palestine en les sommant “de ne plus faire de déclarations en public qui traduisent des positions personnelles qui soient contraires à la position officielle palestinienne”. Cette circulaire était très attendue car ce n’est pas la première fois qu’un diplomate palestinien profère des propos tout sauf diplomatiques et surtout aux antipodes de la version officielle de l’Etat palestinien. La dernière dérive en date a été l’œuvre de l’ambassadeur de Palestine à Dakar, Safwat El Braghith. Ce qui a fait réagir l'Ambassade du Maroc au Sénégal. Dans une mise au point, vendredi 20 mai 2022, la représentation diplomatique du Royaume s’est élevée contre les dérives et contre-vérités de l'ambassadeur de Palestine à Dakar véhiculées lors d'un entretien accordé au site afrik.com. Elle a souligné que les propos de Safwat El Braghith sont même "en porte-à-faux avec les positions officielles de sa propre hiérarchie".

L’Ambassade du Maroc ajoute que "commentant de manière tendancieuse, deux ans après, et depuis Dakar, la reprise des relations diplomatiques entre le Royaume du Maroc et Israël, cette sortie est pour le moins étrange, inattendue et pose des questions sur ses véritables motivations, l'agenda qui y a présidé et ses commanditaires.” Faisant observer qu'“en plus du caractère souverain des positions marocaines, celles-ci ont été suffisamment explicitées et communiquées, en particulier, aux plus hautes autorités palestiniennes et ce, dans le cadre de consultations préalables, que le diplomate en question n’est pas censé ignorer!".

L'Ambassade rappelle dans ce cadre que S.M. le Roi Mohammed VI s’est entretenu avec le Président de l’Etat de Palestine, Mahmoud Abbas, le 9 décembre 2020, pour l’informer et échanger avec lui au sujet de la démarche marocaine. Lors de cet entretien, S.M. le Roi a réaffirmé au Président Abbas que sa position soutenant la cause palestinienne demeure inchangée, position que le Souverain a héritée de son père feu S.M. le Roi Hassan II, que Dieu ait Son âme, tient à préciser l'ambassade marocaine.

Le Souverain a également souligné que le Maroc place toujours la question palestinienne au même rang que la question du Sahara marocain et que l’action du Royaume pour consacrer sa marocanité ne se fera jamais, ni aujourd’hui, ni dans l’avenir, au détriment de la lutte du peuple palestinien pour ses droits légitimes.

"En effet, la question du Sahara marocain, n’en déplaise à ce polémiste en herbe, ajoute le texte, constitue de tout temps la priorité nationale absolue pour l’ensemble du peuple marocain. Cette question dont la sacralité est aussi incontestable que celle de la question palestinienne dans la conscience collective du peuple marocain, mobilise et unit, depuis l’indépendance, la Nation marocaine autour de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. C’est dire que la manière et le langage utilisés pour aborder cette question dans la sortie médiatique de ce diplomate dénote d’une ignorance totale des réalités marocaines, doublée d’une hostilité gratuite".

"Pour ce qui est du fameux statut d’Observateur d’Israël au sein de l’UA, c’est à cette dernière et à ses Etats membres de trancher sur cette question selon ses statuts. Le Maroc, de son côté, demeure cohérent avec lui-même, et si incohérence il y a, il faudrait la chercher chez certaines parties qui ne s’assument pas. Encore une fois, le Maroc saura tirer profit de tous les leviers ainsi que de tous les fora régionaux et internationaux pour défendre haut et fort, sans concession ni ambiguïté aucunes, les droits légitimes des frères palestiniens et la solution de deux Etats vivant côte à côte en paix et en harmonie", conclut la mise au point.

Pour rappel, l'ambassadeur palestinien à Dakar a déclaré au sujet de la reprise des relations maroco-israéliennes, que «toute normalisation avec Israël est un manque de maturité politique» et que cette normalisation «rabaisse la valeur» du plan arabe de paix de 2002 et «sous-classe» la question palestinienne qui est la question centrale de la Oumah, du monde arabe et de l’Afrique.

«Certains pays comme le Maroc, pour leurs propres intérêts, ont commencé à se dire : “Finalement, Israël ne va pas rendre les territoires. Jusqu’à quand on va attendre ? Bon, les pauvres Palestiniens n’ont qu’à se débrouiller”», a-t-il confié au site sénégalais.

L’autorité palestinienne recadre enfin certains de ses diplomates qui se croient, une fois accrédités dans un pays, libres de parler au nom de leur Etat. Espérons que ce sera la dernière dérive du genre.