Sécurité, santé et climat : les préoccupations des Européens à l’approche des élections


À quelques jours des élections européennes prévues du 6 au 9 juin, les principales attentes des électeurs des 27 États membres se concentrent sur la sécurité, la santé, le pouvoir d’achat et l’action climatique. Les récents sondages révèlent une forte demande pour des mesures renforcées dans ces domaines, alors que l’Europe fait face à des défis majeurs.

La sécurité est la première préoccupation. Plus de six Européens sur dix craignent une guerre imminente avec la Russie, selon une enquête de l’institut BVA Xsight. 60% des sondés soutiennent la création d’une armée européenne, bien que cette idée ne soit pas encore à l’ordre du jour. Charles Michel, président du Conseil européen, et Josep Borrell, haut représentant de l’UE, insistent sur la nécessité de renforcer la défense européenne pour assurer l’avenir du modèle social, environnemental et démocratique de l’Europe. Une armée européenne pourrait impliquer une certaine perte de souveraineté pour les États membres. La création d'une force de défense commune serait alors un pas considérable vers une intégration encore plus étroite des politiques de défense, ce qui limiterait inévitablement l'indépendance des nations en matière de décisions militaires. Cela s'inscrit d'ailleurs avec les ouvertures faites par Macron dans son discours à la Sorbonne, au sujet de la potentielle mutualisation de l'arsenal nuéclaire au niveau européen.

La santé et le pouvoir d’achat suivent de près en termes de priorités. Les cicatrices laissées par la pandémie de Covid-19 continuent de peser sur les systèmes de santé publique, particulièrement dans les pays de l’Est et du Sud de l’Europe. Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission européenne, place la santé au cœur de son agenda pour un éventuel nouveau mandat. En parallèle, la crise ukrainienne et l’inflation persistante ont gravement affecté le pouvoir d’achat des Européens, avec des niveaux de vie toujours sous pression malgré un léger recul de l’inflation.


Le changement climatique est également une préoccupation majeure pour 43% des Européens, bien que les avis divergent selon les pays. Si les Maltais sont majoritairement pour des actions climatiques renforcées, seuls 15% des Estoniens partagent cet avis. Néanmoins, une majorité se montre prête à adopter des mesures telles que la réduction des pesticides et l’investissement dans les transports publics, même au prix d’augmentations de coûts ou au détriment d’autres modes de transport.

Enfin, la compétitivité européenne face aux États-Unis et à la Chine est une question épineuse, surtout dans le cadre de la transition écologique. Ursula Von der Leyen affirme que la modernisation et la décarbonation de l’industrie européenne sont compatibles et essentielles pour garantir la compétitivité future de l’Europe tout en préservant les emplois actuels.

Bien que d’autres sujets, comme la migration, soient également présents dans le débat public, ils sont relégués au second plan par rapport aux questions de sécurité, de prospérité et de climat.

Articles similaires