Sécuriser l'agriculture contre les aléas climatiques

Développement hydro-agricole de 15.000 ha de palmiers dattiers à Errachidia

Aménagement hydro-agricole sur 10.000 ha sur l’axe Meski-Boudnib, devant contribuer à la création d’une nouvelle génération de classe moyenne de jeunes entrepreneurs et d’organisations agricoles.

La filière du palmier dattier se consolide et sécurise ses perspectives de développement. À se référer à la toute récente visite de terrain du ministre de l’Agriculture dans la province d’Errachidia, berceau des palmeraies marocaines, plusieurs projets structurants ont été lancés. En tête, l’aménagement hydro-agricole sur 10.000 ha sur l’axe Meski-Boudnib, devant contribuer à «la création d’une nouvelle génération de classe moyenne de jeunes entrepreneurs et d’organisations agricoles», souligne le ministère dans un communiqué. S’ajoute également le lancement d’un projet d’irrigation de 5.000 ha, à partir du barrage Kaddoussa.

Le tout, est complété par un programme national de plantation de 5 millions de palmiers dont 4 millions au niveau de la région Draa Tafilalet Dans le détail, le projet d’irrigation de 5.000 ha est destiné à sécuriser l’agriculture contre l’aléa climatique via le recours à la mobilisation des eaux de surface. Sur cette superficie, 825 ha d’oasis traditionnelles sont concernées alors que le reste devrait faire l’objet d’extensions.

Au total, le nombre des bénéficiaires atteindrait 16.600 exploitants des oasis traditionnelles. D’un montant d’investissement de plus de 1 milliard de dirhams, avec un appui financier de l’Agence française de développement et le Fonds Vert pour le Climat, ce projet vise à développer la filière du palmier dattier via la valorisation des terres collectives de la région. Quant au projet d’aménagement hydro-agricole sur 10.000 ha, il s’articule pour moitié autour de l’irrigation à partir du barrage Kaddoussa et l’autre moitié en mobilisant les eaux souterraines. L’objectif est de réduire la pression sur la nappe phréatique. Le barrage fournirait environ 20 millions de mètres cubes par an.

Réhabilitation de la filière
Par ailleurs, le programme national de plantation du palmier dattier réserve une part importante à la région Draâ-Tafilalet. Sur les 5 millions de nouveaux plants, 4 millions y seront plantés dont 2,4 millions d’arbres pour la densification des oasis traditionnelles et 1,6 million au titre des extensions. Ceci, avec l’objectif de favoriser l’émergence d’une classe moyenne agricole.

Rappelons que depuis le lancement du programme de réhabilitation de la filière en 2010, pas moins de 3 millions de plants ont été réalisés à fin 2019. Résultat, la production des dattes a été multipliée par 2,3 fois par rapport à la période de référence. Avec à la clé une campagne record de 149.000 tonnes en 2020. Les plantations réalisées dans la région Draa-Tafilalet ont totalisé 2,7 millions de palmiers, en dépassement de l’objectif, soit 118% du programme initial.

Ces plantations ont été réalisées à hauteur de 1,5 million pour la densification des oasis traditionnelles et 1,1 million au niveau des zones d’extension. Le tout avec des variétés hautement prisées par le consommateur marocain comme Al Mejhoul, Boufegous, Khalt, Najda...