"La santé au travail est indispensable pour la limitation des foyers industriels"

ENTRETIEN AVEC ZOHEIR MAAZI, Coordinateur national de Nursing Now Morocco.

L’apparition de plusieurs foyers industriels, après l’assouplissement des conditions de confinement, interpelle sur la nécessité de disposer d’une véritable politique de santé au travail. Le point avec Zoheir Maazi, Coordinateur national de Nursing Now Morocco.

Lors de l’assouplissement du confinement, plusieurs foyers industriels ont vu le jour. Quel est, selon vous, le rôle de la santé au travail dans la limitation de ces foyers?
La santé au travail est la responsabilité de plusieurs acteurs, mais elle incombe surtout aux managers des entreprises, qui doivent appliquer de manière stricte la réglementation en vigueur. Depuis le drame de Rosamor en 2008 à Casablanca, la législation s’est sensiblement améliorée. Les entreprises marocaines ont compris aujourd’hui qu’il faut investir dans la santé et la sécurité de leurs ressources humaines et aussi matérielles.

Toutefois, nous avons observé, lors de cette crise sanitaire, plusieurs manquements notamment au niveau du personnel qui occupe les postes de médecins ou infirmiers de travail. Si le Maroc dispose aujourd’hui d’une formation médicale spécialisée de qualité en santé du travail et d’un arsenal juridique important, il faudra redoubler d’efforts en matière de prise de conscience du rôle important que peut jouer un médecin au travail. Je reste convaincu que grâce aux leçons tirées de cette crise sanitaire, la réglementation sera davantage renforcée et les patrons d’entreprises vont s’intéresser davantage à ce métier indispensable dans la préservation d’un climat sain et sécurisé au sein de leurs organisations.

Comment le personnel de santé dans le secteur privé a-t-il géré cette crise sanitaire?
Les médecins de travail ont effectué un travail colossal pour instaurer les mesures de prévention dans les entreprises et pour éduquer le personnel en matière d’hygiène et de distanciation sociale. Toutefois, nous avons reçu plusieurs réclamations concernant des sages-femmes et autres techniciens de santé qui occupent des postes d’infirmier en santé du travail dans plusieurs entreprises. Ceci doit cesser car ça risque de nuire à la santé du personnel. Les inspecteurs du travail doivent entrer en jeu et sanctionner ces charlatans du métier.

Que proposez-vous pour combattre ces agissements?
Je pense qu’on doit s’intéresser, en premier lieu, à la formation. Il faudra, par exemple, introduire un module de santé au travail dans la formation de base des infirmiers, ou, mieux encore, instaurer une spécialité d’infirmier en santé au travail dans les instituts supérieurs de formations des infirmiers. Outre la formation, on sait tous que le secteur public de la santé souffre aujourd’hui d’un manque criant en termes de ressources humaines et matérielles, mais surtout d’une crise de gouvernance et de transparence. Il faut tirer des leçons de la crise actuelle et la considérer comme une opportunité de changement pour un meilleur développement sanitaire.


Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger