Sanofi retire des médicaments destinés aux diabétiques

Une situation inconfortable pour les malades

Molécule antidiabétique destinée aux malades souffrant de diabète de type 2, caractérisée par une hyperglycémie chronique, la metformine constitue la base de fabrication des lots de médicaments retirés récemment par le laboratoire français Sanofi. En revanche, ce rappel ne pose aucun problème puisque d’autres médicaments de la même famille sont disponibles sur le marché marocain.

Les diabétiques n’auront plus accès à certains médicaments fabriqués par le géant français Sanofi. Ce dernier a en effet pris la décision, en concertation avec la Direction des médicaments et de la pharmacie, qui relève du ministère de la Santé, de retirer du marché marocain les lots de médicaments à base de metformine. Les médicaments concernés sont le Metformine Win de 500, 850 et 1.000 mg (comprimé pelliculé) ainsi que le Co-Amarel de 2 et 500 mg (comprimé pelliculé).

Dans une circulaire cosignée par la Direction des médicaments et de la pharmacie et le groupe Sanofi, il est expliqué que la décision de rappel est une mesure de précaution prise dans plusieurs pays après avoir détecté la relation de cause à effet qui pourrait expliquer certains effets secondaires sur les patients. Il faut rappeler que la metformine est une molécule antidiabétique destinée aux malades portant le diabète de type 2, caractérisé par une hyperglycémie chronique, c’est-à-dire un taux élevé de glucose (sucre) dans le sang. Cette molécule est particulièrement nécessaire pour diminuer le taux de glycémie dans le sang. Et ce bien qu’elle ne favorise pas la sécrétion de l’insuline, hormone de régulation de la glycémie.

Le ministère de la Santé tient néanmoins à rassurer les diabétiques au Maroc que ce rappel ne concerne que les médicaments fabriqués par Sanofi et que d’autres médicaments remplissant le même rôle sont en vente sur le marché. Il s’agit, notamment, du Glucophage, fabriqué par Merck Biopharma, une filiale du géant pharmaceutique allemand Merck. De même, le Conseil national de l’Ordre des médecins est entré en ligne pour rassurer les patients quant à l’absence de ce médicament, soulignant qu’elle ne pose aucun problème.

Une priorité sanitaire
Le diabète est une maladie chronique très répandue dans le Royaume. Selon les dernières statistiques du ministère de la Santé, entre 10 et 12% de la population sont atteints de diabète sous ses deux formes (type et type 2). Non traitée convenablement, la maladie engendre de nombreuses complications graves à long terme, telles que la cécité, les maladies rénales, les amputations des membres inférieurs, mais aussi une prédisposition aux crises cardiaques, aux accidents vasculaires cérébraux et donc à une mort prématurée. Les femmes, les enfants et les personnes âgées sont les groupes les plus vulnérables aux différentes souffrances associées à cette maladie.

Conscient de l’importance de la prévention et du contrôle du diabète, le ministère de la Santé l’a toujours inscrit comme priorité dans ses plans sectoriels de santé afin de réduire la charge de morbidité et de mortalité dues à cette maladie, et donc réduire le fardeau économique qui pèse sur la personne atteinte, sur sa famille ainsi que sur le système de santé.

A.A