Une saison culturelle qui bat son plein

Le pays des festivals

Après deux années pandémiques sinistres, la scène culturelle marocaine a repris avec exubérance. Musique, cinéma, littérature, arts plastiques… Zoom sur les évènements marquants de la culture en 2022.

Covid 19, la variole du singe, la sécheresse, le prolongement de la guerre en Ukraine, l’explosion de l’inflation et l’embrasement des prix… Dans ce contexte aussi sinistre, les Marocains n’ont point laissé tomber leur appétit pour la vie, pour la culture et pour l’art.

De part et d’autre du Royaume, les festivals, les Salons et les événements sportifs renaissent tel un phénix qui ressuscite dans les flammes. La CAN féminine, Jazzablanca, Essaouira, Marrakech, Fès, Dakhla, Timitar, Tanjazz, en attendant Mawazine, attirent les gens de l’intérieur et de l’extérieur du Maroc. Tellement attendus par les citoyens, les évènements culturels au Maroc représentent également une soft diplomatie qui présente une opportunité idéale de valoriser l’image du Royaume en tant que pays porteur des valeurs de dialogue entre les cultures et les peuples, sous la conduite du Roi Mohammed VI, qui a souligné dans Son discours au 6ème sommet Union européenne (UE)-Union africaine (UA) l’importance de «rétablir les coopérations culturelles, afin de relancer le secteur – véritable levier de rapprochement en Afrique, en Europe et entre l’Afrique et l’Europe».

Une stratégie royale
Ce rôle de la culture dans la présence remarquable du Royaume au niveau international se manifeste également dans le choix de Rabat comme capitale de la culture dans le monde islamique pour l’année 2022 par l’ICESCO, et dont la célébration sous le haut patronage du Roi Mohammed VI a compris un ensemble de programmes et d’activités visant à mettre en valeur le statut culturel et civilisationnel dont jouit la capitale des lumières. Rabat a été également choisie comme capitale de la culture africaine (juin 2022 – mai 2023), un événement qui reflète l’image d’un Maroc fier de sa civilisation et de sa culture, et d’un pays qui représente la diversité civilisationnelle et culturelle du continent africain avec tous ses aspects matériels et immatériels. Les deux choix reflètent la place qu’occupe la capitale du Royaume et témoigne du développement qu’elle connaît, notamment sur le plan culturel, grâce au projet royal «Rabat, ville des lumières et capitale culturelle du Maroc », qui a permis à cette ville de se doter d’importantes infrastructures, la qualifiant à abriter diverses manifestations culturelles et artistiques internationales.

Le SIEL se démarque à Rabat
La 27ème édition du Salon International de l’Edition et du Livre (SIEL), organisée à Rabat pour la première fois le mois de juin, loin de la Foire Internationale de Casablanca, a accueilli plus de plus de 202.000 visiteurs, «Un nombre important qui traduit l’intérêt des Marocains pour le livre et la culture de la lecture, compte tenu notamment de la conjoncture pandémique, de la recrudescence des cas et de la nécessité de se conformer aux mesures préventives», a écrit le ministre de la Jeunesse, de la culture et de la communication, Mohamed Mehdi Bensaïd sur sa page Facebook. Cette édition a été unanimement saluée comme l’une des meilleures de l’Histoire plus que trentenaire de ce prestigieux événement né en 1987. Bonne organisation, sécurité, offre riche et diversifié… tous ces éléments ont permis une réussite dont attestent les recettes plus conséquentes réalisées cette fois-ci par les exposants et les éditeurs.

Marrakech retrouve ses airs joyeux
Après deux années dures et longues pour la Ville ocre, le «Marrakech du rire», qui est incontestablement l’événement culturel le plus important organisé dans cette ville, lui a permis de retrouver ses airs joyeux et optimistes, sa fameuse «Bahja». Grâce à un impressionnant afflux de célébrités internationales, acteurs, joueurs de foot, diplomates… le rayonnement de Marrakech a été démultiplié. De Ivanka Trump et son mari Jared Kushner, aux joueurs de football, dont les Français Kylian Mbappé, N’Golo Kanté, Eduardo Camavinga et Djibril Cissé. Ou encore, la présence de la star de Manchester City, l’Algérien Riyad Mahrez, accompagné de ses compatriotes Ismaël Bennacer, Saïd Benrahma, Islam Slimani, Rachid Ghezzal et d’autres «fennecs» dont l’amour du Maroc a produit tant de critiques en Algérie. Ayant des centaines de millions de followers, ces célébrités ont donné un sacré coup de pouce au tourisme à Marrakech en partageant des photos et des vidéos des différents coins touristiques et culturels de la Ville ocre.

Un élan culturel mondial
Le patrimoine culturel marocain s’est également mis en lumière en 2022. En effet, la présence croissante du Maroc, à travers ses sites patrimoniaux, dans la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, ainsi que l’augmentation du nombre d’éléments du patrimoine immatériel marocain dans les listes de l’ICESCO a frappé fort. Ces acquis viennent consacrer l’image du Maroc en tant que destination privilégiée pour le tourisme culturel au niveau mondial.

Cet élan culturel marocain à l’échelle mondial est une volonté royale accompagnée de différentes initiatives royales visant à rapprocher les structures culturelles (musées, théâtres, etc.) des citoyens dans les différentes régions du Royaume tout en garantissant une gestion optimale de la diversité culturelle du Royaume et de ses affluents linguistiques, religieux et ethniques.